Algérie : une pension de retraite de 40 millions pour ces professionnels

Algérie – La CNR a commencé à verser une pension de retraite allant jusqu’à 40 millions de centimes pour une catégorie déterminée de professionnels. Apprenez qui est concerné, ce 22 novembre 2021.

Il s’agit de 40 millions qui seront versés comme pension de retraite aux professeurs hospitalo-universitaires en Algérie. C’est en effet ce que l’administration de la Caisse nationale de retraite (CNR) a avancé. Celle-ci a d’ailleurs commencé ce versement qui est à présent porté entre 30 et 40 millions de centimes. C’est en tout cas ce qu’on apprend de Ennahar.

En fait, dix professeurs sont concernés par ces augmentations. C’est parmi un total de 350 autres qui bénéficieront de la pension progressivement. Cela avant la fin de l’année en cours. Par ailleurs, on explique que la CNR vit de l’aide résultant d’un prêt financier du Fonds national d’investissement (FNI).

Ainsi, ce prêt sera graduellement remboursé jusqu’en 2039. On ajoute à cela une aide financière résultant des redevances imposées par la Direction générale des douanes pour chaque importation au taux de 2 %. Cela est transféré directement à la trésorerie de la caisse en faillite. 

Alors, en attendant l’appui de la fiscalité pétrolière, la CNR s’occupe du versement de retraites de 3.268.000 mille anciens travailleurs. De ce fait, la caisse débourse la valeur de 110 milliards annuellement comme pension.

Réduction du déficit financier de la CNR

En effet, le déficit financier de la Caisse nationale de retraite diminuera légèrement par rapport aux années précédentes. C’est en raison du non-versement des augmentations annuelles dans les comptes de plus de 3 millions de retraités. Ce qui équivaut à 64.000 milliards de centimes d’ici la fin de l’année. 

Selon les déclarations d’un responsable au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, le déficit financier de la CNR a atteint en fin octobre 560 milliards de dinars. Par conséquent, pour la somme non versée, les membres du Conseil d’administration ont suggéré des ratios. Ces derniers sont compris entre « 1,5 et 6 % ».

Telle mesure nécessite d’allouer une somme d’argent à verser de 4.300 milliards. La décision d’imposer les augmentations a été retardée de six mois, un précédent qui est le premier en son genre depuis la date de sa première légalisation. Toujours d’après le quotidien national.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes