Salaire en Algérie : l’augmentation prévue grâce à la baisse de l’IRG

Algérie – On vous explique l’augmentation du salaire qui opérera par le biais de la baisse prévue concernant l’impôt sur le revenu global (IRG), ce 22 novembre 2021.

En effet, la réduction de l’IRG prévue dans la Loi de finances 2022, entraînera l’augmentation du salaire en Algérie. Seulement, à combien s’élèvera l’augmentation prévue ? En bref, si un salarié touche une somme de 42.500 dinars, il aura environ 2.475 dinars de plus dans son compte mensuellement. C’est-à-dire + 5,8 % de son salaire actuel. Il s’agit des précisions d’un expert recueillies par Liberté.

Ce spécialiste, c’est Nouredine Bouderba. Il est expert des questions sociales et politiques dans le secteur du travail. Cet homme est également un ancien administrateur de la CNAS. Ainsi, l’intervenant se penche sur ces nouvelles initiatives entreprises par l’État. À ses yeux, elles restent tout de même insuffisantes. Celles s’inscrivant dans le cadre de la relance économique œuvrant à aider les entreprises et les travailleurs impactés par les retombées de la crise sanitaire.

Dans ce sillage, la baisse de l’IRG est comprise. Puisque les retraités en Algérie ne bénéficient de rien de la baisse de l’IRG, dit-il. Sachant que les revenus inférieurs à 30.000 DA sont déjà dispensés du paiement de cet impôt. Par ailleurs, il indique que le gain de cette réduction de l’IRG sera de 0 %, 5,8 %, comme indiqué précédemment. Ou encore de 3,6 % sur trois catégories de salaires actuellement.

Combien gagneront les salariés de plus avec la baisse de l’IRG ? 

En prenant les bas revenus de salariés ou de retraités smicards comme cas de figure, Bouderba indique qu’aucun dinar ne sera ajouté à leurs salaires. Qui plus est, pour les revenus supérieurs, c’est-à-dire qui font cinq fois le SNMG, le bénéfice de cette baisse d’IRG sera sous forme de 3.600 DA de plus. À savoir, 3,6 % ajoutés à leurs comptes.

De ce fait, cette augmentation est très minime par rapport au pouvoir d’achat des Algériens qui ne cessent de chuter. C’est pourquoi l’expert propose une exemption de l’IRG pour les salariés qui gagnent deux fois moins que le SNMG.

Mais également pour chaque fraction de salaire qui équivaut à 1 ou 2 fois le SNMG des travailleurs. Par conséquent, pour Bouderba, réduire de 50 % l’IRG doit s’appliquer aux salaires qui font 2 fois le SNMG et allant jusqu’à 120.000 DA

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes