AccueilGuide VoyagesOuverture des frontières en Algérie : Quel indice à utiliser pour décider...

Ouverture des frontières en Algérie : Quel indice à utiliser pour décider ?

Algérie – Dans un entretien accordé au site d’informations La Patrie News, Pr Boudjella a divulgué un indice clé qui devrait aider dans la prise de décision d’ouverture des frontières algériennes. 

En effet, dans son entretien accordé au site francophone susmentionné, Mohamed El Amine Boudjella, professeur en médecine interne et chef de l’unité d’endoscopie à l’hôpital Zemirli a divulgué un indice clé qui devrait permettre d’accélérer l’ouverture des frontières en Algérie qui restent fermées depuis six (6) mois, soit la mi-mars 2020. 

À cet effet, Pr Boudjella a suggéré d’évaluer « l’état d’immunisation collective » en Algérie. Et ce, par la réalisation de « sérologies à grande échelle ». Il a poursuivi en expliquant que « leur positivité (les sérologies, ndlr) est synonyme de guérison ». Toutefois l’interviewé a révélé qu’une telle opération gigantesque couterait près de 1,5 milliard d’euros pour une population de 40 millions d’habitants. Ce qui est, selon lui, 10 fois moins important que ce que coûte la PCR. 

Dans le cas où la séroprévalence des citoyens algériens serait élevée, l’Algérie pourrait donc sortir de cette crise. Puisque, « une séroprévalence élevée constituerait, dans le court et le moyen terme, un indice de ralentissement de la propagation du virus », a expliqué le médecin. Ensuite, en prêtant attention à l’amélioration constatée dans la prise en charge de l’infection COVID-19 au fil du temps, ainsi pour une très probable immunisation collective « qui semble gagner sur le terrain », il serait important de « mettre en place les mécanismes permettant de relancer l’ensemble de l’activité sanitaire », a-t-il souligné. 

Voici ce qu’a proposé le professeur par la suite 

Ainsi, le professeur suggère la réorganisation des soins. Et ce, en consacrant des centres dédiés à l’activité de Coronavirus. De même, en intégrant le statut sérologique Covid-19 dans le dossier des patients qui nécessitent des soins, ajoute le professeur. Cette démarche de l’intégration de statut sérologique a pour but de faciliter le tri des patients, souligne Boudjella. 

Ce sont ces mesures que le professeur en médecine interne recommande afin d’accélérer le processus d’ouverture des frontières en Algérie. Ainsi, en appliquant les mesures susmentionnées, l’expert en médecine croit que l’Algérie pourrait se préparer à l’ouverture de ses frontières

Toutefois, l’Algérie devrait rester vigilante; voire « attentive » à l’évolution de la pandémie dans les pays avec lesquels elle « entretient des échanges importants », a-t-il averti. Parmi ces pays, le professeur a pointé du doigt les pays européens qui « rapportent une recrudescence des cas ». À ce stade, il suggère d’ouvrir les frontières de manière progressive pour évaluer tous les risques. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes