Votre Argent

Algérie : Dévaluation du Dinar Algérien pour rétablir l’équilibre économique ?

0
dévaluation dinar algérien
S'abonner :

Algérie – Face à la dure réalité économique qui attend l’Algérie d’ici la fin 2020, plusieurs experts estiment que la dévaluation du Dinar Algérien pourrait rétablir les équilibres internes et externes du déficit budgétaire.

En effet, cette inquiétude s’est intensifiée après la récente prévision de la LFC 2020 qui s’attend à un déficit budgétaire d’environ 1.976,9 milliards de dinars; soit 10.4% du PIB, a annoncé le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya. Face à ce constat, les dirigeants du pays n’auront pas d’autres choix que d’avoir recours à l’alternative de dévaluation du dinar algérien (DZD). Un choix accueilli de différentes manières par des experts cités par le quotidien algérien El Moudjahid.

« La dévaluation de la monnaie nationale ne ferait que compromettre une éventuelle reprise économique à moyen terme. De plus, ses effets vont aggraver davantage la situation financière et économique du pays »; a expliqué Mohamed Achir, docteur en économie à l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. Selon lui, la crise de l’économie algérienne nécessite une réforme structurelle susceptibles d’impacter positivement sa sphère économique réelle.

Vers la révision à la baisse du taux de change

Quant à l’économiste Brahim Guendouzi, ce dernier a relevé que jusqu’à présent, la Banque d’Algérie n’a pas annoncé la dévaluation du Dinar Algérien; ce qui risque de contraindre les autorités monétaires à ajuster le taux de change à la baisse; avant la fin de l’année 2020.

Ce scénario pourrait d’ailleurs se concrétiser, a-t-il signalé; dans le cas où le compte extérieur venait à se détériorer davantage. Pour lui, la dépréciation du dinar risque de devenir inévitable à court terme afin de faire face aux déséquilibres économiques internes et externes.

La dévaluation du Dinar Algérien, vue par les experts

Après avoir jugé la dévaluation du Dinar Algérien comme inévitable; le professeur Guendouzi a averti qu’il y aurait certainement un renchérissement des importations et par corollaire une hausse des prix. Selon lui une mesure pareille doit être accompagnée par d’autres dispositifs que le gouvernement aura à préciser dans le Projet de Loi de Finances Complémentaire 2020 dans les prochaines semaines.

Cette manipulation monétaire injectera de nouveaux revenus dans le Trésor public, a souligné Abdelkader Berriche, professeur en gouvernance économique. Ce dernier soutien le point de vue cité ci-dessus. Pour lui, tous les produits importés coûteront plus cher que maintenant; causant une augmentation des prix à l’intérieur du pays qui « mettra encore le pouvoir d’achat à rude épreuve », a-t-il reconnu.

En tant qu’expert, Nour Meddahi approuve la dévaluation du dinar. La hausse des importations pour lui n’est pas un obstacle, mais va plutôt participer à réduire le déficit externe, a-t-il argumenté; en appelant à favoriser la production locale, au détriment des importations. De plus, cette baisse du dinar « va augmenter la fiscalité pétrolière, la fiscalité douanière et les dividendes que va verser la Banque d’Algérie au Trésor, ce qui va réduire le déficit budgétaire », a-t-il soutenu. 

Article recommandé :  Crise économique en Algérie : 650.000 emplois supprimés

Algérie : Baisse de la somme en Devise sans déclaration douanière.. Ce que disent les experts

Article précédent

Algérie : Contaminés, morts, guéris.. Bilan du Coronavirus au 21 mai

Article suivant

Lire aussi

avatar
  S’abonner  
Notifier de