Votre Argent

Algérie : L’Impôt sur la fortune (ISF) sera imposé avec cette technique

2
ISF Algérie
S'abonner :

Algérie – « Nous allons photographier les façades des bâtisses en haute qualité […] pour arriver à des résultats concrets et fiables ». C’est avec cette approche complémentaire que l’Etat compte surimposer le paiement de l’impôt sur la fortune (ISF en Algérie).

Le directeur général du Domaine national (DGDN), Djamel Khaznajdi, a fait savoir que plus de 700.000 hectares n’ont toujours pas été déclarée par les autorités. Ce qui engendre un retard considérable dans le processus d’avancement de cette mission de recensements, ayant comme principale perspective d’imposer l’acquittement d’impôt sur la fortune (ISF en Algérie); rapporte le quotidien algérien Echorouk dans son édition du 20 mai.

En effet, Khaznajdi assure que l’état d’avancement de cette opération ne dépasse pas les 25 %, alors que l’objectif fixé à son lancement était estimé à 500.000 hectares de terrains à recenser, pour atteindre par la suite un million d’hectares. Mais qu’à l’heure actuelle, l’inventaire se limite à 280.000 hectares, en laissant en instance de régularisation plus de 700.000 hectares.

De plus, le DGDN n’a pas manqué d’aviser les membres de la commission des finances et du budget au Parlement (APN); à ce propos, dans une réunion tenue mercredi dernier. En stipulant que cette situation ne fait que ralentir l’application de l’impôt sur fortune, imposée par la loi des finances 2020. 

Les bâtisses et biens somptueux photographiés ?

La mise en conformité pour la réhabilitation des statuts des propriétaires de biens, relève un véritable challenge voire même à une conscience exposée à une dure épreuve. « N’oublions pas de mentionner que certains citoyens possèdent 20 propriétés à inventorier, tandis que d’autres ne disposent que d’un seul bien somptueux. », a-t-il précisé.

« Nous veillons à utiliser le matériel nécessaire pour arriver à des résultats concrets et fiables. Dans le but d’arriver à une estimation exacte et non pas plus-value, en photographiant les façades des bâtisses en haute qualité », a indiqué en outre Djamel Khaznadji en détaillant la nouvelle approche de ses services.

Plusieurs obstacles dénotés par les services fiscaux

Etant donnée les 75 % de biens demeurant toujours en instance de contrôle, et qui par conséquent de par leurs emplacements en ville, décelèrent la cadence de progression de ladite démarche. Ceci est d’une part.

D’une autre part, Khaznajdi explique que certains projets remontent aux années 80 et 90, et qui par ailleurs ont été édifiés sans possession de livret foncier du terrain. Dû au statut de ce dernier, assigné agraire, qui ne fut pas régulariser. Un obstacle en plus qui déjoue les appréhensions du service concerné, dans la mise en place de l’impôt sur fortune. 

Pour rappel, la Directrice Générale des Impôts, Amel Abdellatif; a annoncé la semaine dernière la modification de la liste des contribuables concernées par l’impôt sur la fortune (ISF) en Algérie. Cette mesure s’inscrit dans le cadre de l’élargissement de l’assiette fiscale pour l’année 2020; et ce, grâce à la « généralisation de la numérisation ».

Article recommandé :  Algérie : Nouveau système pour recenser les assujettis à l'impôt sur la fortune

Algérie : Contaminés, morts, guéris.. Bilan du Coronavirus au 22 mai

Article précédent

Algérie : Les horaires de travail après l’Aïd El Fitr fixées par Wilaya

Article suivant

Lire aussi

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Mellah hocineIzou Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Izou
Invité

Vraiment ridicule cette idée de photographier les façades des bâtisses pour débusquer les grosses fortunes !? Repérer et situer les grosses fortunes c’est d’abord commencer par changer carrément la monnaie algérienne pour obliger tous les citoyens toutes classes confondues à déverser leurs capitaux dans les banques, deuxièmement les contraindre effectuer toutes leurs transactions au-delà de 500 Da par effet scripturale, chèque,paiement électronique, virement, ecxt…..enquêter par qui de droit à identifier ces fortunes auprès de la chambre de commerce par exemple, aux niveau des douanes et autres que les autorités compétentes connaissent. Ce n’est là qu’une modeste contribution d’un citoyen lambda… Lire la suite »

Mellah hocine
Invité
Mellah hocine

@Izou, Entièrement d’accord avec ta proposition , que je ne cesse de défendre , soit ce changement de monnaie , déjà moribonde, par un nouveau Dinars dix fois plus fort : 1 Nouveau DA = 10 DA actuel. Cette opération verra tous les rongeurs ravageurs de l’economie nationale , sortir de leur trou. Tout l’argent qui circule en dehors du circuit bancaire de retrouver le circuit officiel. Toutes les  » grosses fortunes » se verront facilement identifier. Quant à photographier des demeures , c’est une démarche archaïque propre aux esprits et aux pays sous développés. Cet ISF n’est en réalité qu’un… Lire la suite »