AccueilActualitéAlgérieAlgérie : la consommation du lait passée au crible

Algérie : la consommation du lait passée au crible

Société – L’Algérie assiste à un véritable changement des habitudes alimentaires de ses citoyens qui s’explique notamment par l’explosion de la consommation du lait par an. Nous vous exposons le reste des détails liés à ce sujet dans les lignes qui suivent. 

Les styles d’alimentation et goûts évoluent constamment. Leur évolution est liée principalement à la performance de l’agriculture et l’offre alimentaire. Elle représente, dans un deuxième temps, le reflet des progrès sociétaux qui renouvellent la régulation des modes de vie des consommateurs. Un fait dont peuvent témoigner les derniers chiffres de la consommation du lait enregistrés en Algérie. 

Ils ont été annoncés par Mohamed Abdelhafid Henni, ministre de l’Agriculture et du Développement rural. Ils viennent d’être repris par le quotidien généraliste arabophone Ennahar. Selon les précisions du membre du gouvernement, le citoyen algérien est l’un des plus grands buveurs de lait au monde.

La consommation moyenne annuelle du produit en question, au sein du territoire national, s’élève à plus de 75 L par personne. « En prenant en compte à la fois la production nationale et la poudre importée, le chiffre progresse. Il atteint la barre des 130 litres ».

Il s’agit là en effet de ce qu’a souligné le premier responsable du secteur agricole. Nous vous en disons plus dans la deuxième partie de cette édition du mardi 10 janvier 2023. Ça se passe ci-dessous. 

La filière lait en Algérie : renforcement des capacités des producteurs, la nouvelle ambition du MADR 

Le même responsable a indiqué que l’Algérie compte environ 1 million et 780 milles de vaches laitières. La production nationale de lait à partir de la susdite espèce animale est, elle, estimée à 3 milliards et 500 milles de litre. Il s’agit là de ce qu’a en outre déclaré le chargé du ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MADR), qui dit ambitionner de faire croître les chiffres actuels. 

Pour ce faire, il a adopté une série de mesures stratégiques. Une démarche qui découle alors de ses échanges avec un grand nombre de commerçants économiques et importateurs de vaches vivantes. 

Ensemble, ils ont récemment manifesté leur objectif commun d’offrir une nouvelle dynamique à la production locale de lait frais et celle de viande rouge. Ce qui devra permettre, au passage, à l’Algérie de réduire les importations de poudre laitière, a assuré Mohamed Abdelhafid Henni.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici