Reprise de l’importation de vaches en Algérie : ce qu’il faut savoir

Algérie – Selon un communiqué du ministère de l’Agriculture, l’importation des vaches laitières sera de retour dès ce mois de janvier après une longue période d’arrêt due à la pandémie. Voici tout, ce 5 janvier 2022. 

Une réunion de concertation s’est tenue entre les importateurs de bovins et le ministre de l’Agriculture. Au cours de cette séance de travail, on a évoqué les nouvelles conditions d’importation en Algérie des génisses pleines destinées à la production de lait (vaches laitières). Aussi, on a discuté de l’enjeu important du secteur des viandes rouges. Et ce, en se penchant sur l’importance de taurillons.

L’objectif de la réunion, comme le relate le communiqué relayé par l’agence APS, est la mise en place des stratégies visant une croissance soutenue du secteur. La création de revenus. Et la diminution au maximum des factures d’importation. L’importation sera régie par un nouveau cahier des charges. Celui-ci comporte de nouvelles mesures.

Elles seront scrupuleusement respectées. Ainsi, l’agréage et l’assurance des génisses seront obligatoires. On impose aussi un contrôle vétérinaire des animaux. Les services vétérinaires veilleront à son application. Ces derniers devront faire respecter les règles du cahier des charges. Parmi elles, on cite la traçabilité du cheptel. Mais également les critères de production et de performances.

Importation de bovins et redynamisation de la filière

Le ministre de l’agriculture, Henni, a aussi fait part de son projet de stimuler l’activité du Centre National d’Insémination Artificielle et d’Amélioration Génétique (CNIAAG). Cela grâce à l’importation de velles âgées entre 1 et 1 an et demi. Le but de cette démarche est de contribuer à la floraison des pépinières de génisses dans le pays.

Les conditions et la nouvelle réglementation régissant le processus d’importation des bovins d’engraissement pour la production de viande rouge ont été éclaircies lors de la rencontre, les acteurs de cette activité seront désormais soumis au respect de ce nouveau cahier des charges surtout en ce qui concerne les mesures zootechniques et sanitaires.

Les conditions d’importation des taurillons ont aussi occupé le centre des discussions durant la réunion. Le mois de Ramadan approchant, il était question de satisfaire au mieux la demande grandissante durant cette période.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes