AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantAlgérie : Chitour réagit à la polémique du « niveau zéro des...

Algérie : Chitour réagit à la polémique du « niveau zéro des enseignants »

Algérie – Le ministre de l’Enseignement supérieur a précisé que ses propos tenus sur les enseignants universitaires ont été sortis de leur contexte sur les réseaux sociaux

Les propos du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Chems Eddine Chitour, ont suscité une vive polémique, en moins de 24 heures, le poussant à réagir à travers un communiqué rendu public ce mardi 3 mars pour rétablir la vérité.

En effet, le ministre de l’Enseignement supérieur a nié avoir tenu des propos dégradants à l’encontre de la corporation des professeurs et des enseignants universitaires, en assurant que sa déclaration a été déformée et sortie de son contexte.

« Lors de mon intervention devant les membres du Conseil de la nation lundi 2 mars 2020, mes propos ont été sortis de leur contextes sur les réseaux sociaux et des propos dénués de tout fondement m’ont été attribués. J’ai évoqué l’encadrement pédagogique dans certains établissements universitaires et j’ai dit que l’encadrement par des enseignants de rang supérieur était inexistant dans certains établissements, c’est-à-dire zéro », a fait savoir Chems Eddine Chitour dans son communiqué.

« En ma qualité d’enseignant, je ne peux pas tenir les propos qui m’ont été attribués. L’enseignant universitaire, quel que soit son grade, constitue l’axe central sur lequel s’articule le développement de l’université algérienne et l’édification de l’université de demain », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre intervient

Suite aux propos de Chitour, le Conseil national des professeurs de l’enseignement supérieur (CNES) est monté rapidement au créneau et a annoncé l’organisation qu’il d’une manifestation devant le siège du ministère de l’Enseignement supérieur le 9 mars, suivie d’une grève générale, en guise de protestation contre le « dérapage insultant » du ministre de l’Enseignement supérieur.

De son côté, le coordinateur national du CNES, Abdelhafid Milat, a révélé avoir reçu un appel téléphonique du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, qui est intervenu pour calmer la controverse. Milat a annoncé à cet égard, qu’il a été convenu avec le Premier ministre d’un ensemble de mesures qui seront détaillées ultérieurement, a-t-on appris auprès de sources médiatiques.

https://www.facebook.com/elbilad/videos/138426794200024/

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici