Algérie : Le changement des billets de banque est « risqué », estime Guendouzi

Algérie – Pour le professeur d’économie, Brahim Guendouzi, le changement de billets de banque, prôné par certains spécialistes, est « risqué ». Voici son argumentaire.  

- Advertisement -

Beaucoup s’accordent à dire que le secteur informel est un vrai handicap pour la relance économique du pays, suggérant l’amorce de quelques réformes pour lutter contre ce phénomène. Si pour plusieurs, le changement des billets de banque en Algérie est la solution efficace, voire radicale pour ce faire, Brahim Guendouzi n’est pas du même avis. 

Dans un entretien accordé au quotidien généraliste, El Watan, ce mercredi 03 mars 2021, le professeur d’économie est revenu sur le sujet. En préambule, Guendouzi a tenu à indiquer que le changement des billets de banque parait, en effet, comme une « solution séduisante » qui pourrait colmater les fuites de l’argent des circuits bancaires et résorber une grande partie du marché parallèle.

Mais la réalité est toute autre. Cette démarche est trop risquée, note-t-il d’emblée. Les conséquences de cette option pèsent un peu plus lourd que celles du problème initial, précise le professeur ensuite. 

| Lire aussi : Algérie : Billets de banque, réserves de change, fiscalité.. L’avis de Benouari

L’expert en économie poursuit ses dires afin d’expliquer davantage son raisonnement. D’après lui, les conditions économiques, sociales et institutionnelles actuelles du pays ne permettent pas « l’efficacité » de cette démarche. Et c’est d’ailleurs pour cette raison que le changement des billets de banque pourrait être très problématique, souligne-t-il. 

En termes plus clairs, le spécialiste ne nie guère le fait qu’émettre une nouvelle monnaie permettrait de capter l’argent de l’informel. Il tient quand même à souligner que cette démarche aura des effets indésirables encore plus graves, si elle est décidée à l’heure actuelle. 

| Sujet connexe : Algérie : De nouveaux billets de banque pour résoudre le problème de liquidité

Si l’on se fie à l’intervenant, le changement des billets de banque est une solution à double tranchant. Le spécialiste ne s’arrête pas là. Guendouzi va encore plus loin et estime que « la monnaie n’est qu’un voile ». Ce qu’il faut donc suivre, c’est « les réformes des structures économiques en profondeur », affirme-t-il avec force. 

Avant de conclure, Guendouzi indique qu’il faut s’appuyer sur les expériences des pays d’Europe de l’Est. Ceux-ci ont réussi, en un temps record, leur transition vers une véritable économie de marché, rappelle-t-il à la fin. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes