13.9 C
Alger
13.9 C
Alger
mercredi, 21 février 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieÉnergieL’Algérie augmente le prix de son gaz vendu pour la France

L’Algérie augmente le prix de son gaz vendu pour la France

Publié le

- Publicité -

Algérie – L’Algérie décide d’augmenter le prix du gaz vendu pour la France. Dzair Daily vous apporte plus de détails à cet égard dans cette édition du 07 juillet 2022.

Dans un communiqué publié par le groupe Sonatrach, la compagnie nationale des hydrocarbures a signé un accord avec le groupe énergétique français ENGIE. Cet accord porte, dans le détail, sur l’achat et la vente de gaz naturel. Sachant que l’Algérie a décidé d’augmenter le prix de son gaz vendu à la France. Ainsi, si vous voulez en savoir plus, vous n’avez qu’à lire l’intégralité de cet article. 

Rappelons que ce contrat lie les deux parties depuis 2011. Et il prévoit, en effet, la livraison du gaz naturel par Sonatrach à ENGIE via le gazoduc Medgaz, a indiqué la même source. D’ailleurs, le groupe algérien et son partenaire français se sont mis d’accord sur le fait de « définir le prix de vente contractuel applicable sur une période de trois (03) ans ». 

- Publicité -

Soit jusqu’à 2024. Et ce, en tenant compte des mutations que le marché gazier mondial a connues. Par le biais du même contrat, les deux compagnies ont exprimé leur « intention d’étendre leur partenariat sur le gaz naturel liquéfié (GNL) et le gaz naturel ». En tout cas, il s’agit des révélations faites par le quotidien arabophone Echorouk.

Le ministre français de l’Économie envisage de plafonner le prix du gaz ! 

Eu égard de la hausse des prix du gaz, le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire envisage de plafonner les prix. D’ailleurs, l’Hexagone a même proposé cette hypothèse à ses homologues de l’UE. À titre informatif, l’Union européenne importe 40 % de ses besoins de la Russie.

«[…]La seule chose que nous pourrions envisager […] c’est l’idée d’avoir un plafonnement à 27 des prix du gaz », a révélé le ministre suscité. Cependant, le même responsable a reconnu que cette proposition n’a pas fait l’unanimité chez les membres de l’Union européenne. « Ce serait une intervention sur le marché qui heurte certains de nos partenaires européens », a expliqué Bruno Le Maire à cet égard. 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -