Algérie : vers la baisse du prix du mouton à la veille de l’Aïd El Kebir (Adha) 2022 ?

Algérie – Le secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), Abdellatif Dilmi, a assuré que le marché de bétail sera alimenté de 10 millions de têtes à la veille de l’Aïd El Kebir (Adha), ce qui conduira à une baisse considérable du prix du mouton. Retrouvez plus de détails dans cette édition du 7 juillet 2022.

En effet, alors que de nombreux citoyens se trouvent actuellement dans une situation d’inconfort, suite à la baisse du pouvoir d’achat, et la hausse des prix, notamment ceux des moutons, le secrétaire général de l’UNPA se montre plutôt rassurant. Au fait, il a révélé s’attendre à une baisse du prix du mouton en Algérie à quelques jours de l’Aïd El Kebir (Adha).

Dans le détail, dans une déclaration faite au quotidien Echorouk, Dilmi a indiqué que le marché de bétail sera approvisionné d’une quantité importante de moutons. Il est question de 10 millions de têtes de bétail qui seront proposées à la vente. Et ce, durant ces deux derniers jours qui nous séparent de cette fête religieuse. De ce fait, il a déclaré s’attendre à une revue à la baisse des prix. En particulier, au vu de la quantité mise en vente.

D’autant plus que de nombreux marchés ont été ouverts dans les grandes wilayas du Nord du pays. C’est dans ce sens que le même locuteur s’est exprimé au sujet des prix. Il a, de ce fait, assuré que les tarifs. Ceux affichés dans les points de vente ces derniers jours restent incompris et excessifs. 

Ainsi, le responsable a également précisé que ces prix ne reflètent pas les vrais prix proposés par les éleveurs. Ce qui l’a conduit à critiquer fortement le phénomène des intermédiaires et des courtiers. Ceux qui, selon lui, restent la raison principale de cette hausse des prix à l’approche de cette fête du sacrifice.

Aïd El Kebir (Adha) en Algérie : la raison de la baisse des prix des moutons

En outre, le secrétaire général de l’UNPA a indiqué dans la même déclaration que ce qui a empêché l’ouverture des marchés dans les grandes villes c’est les préparatifs relatifs à la fête de l’indépendance. Sachant que c’est ce qui a conduit à observer un dérèglement. Et ce, dans les principaux facteurs qui déterminent le prix sur le marché. Sachant que la demande était bien supérieure à l’offre.

Cela dit, à compter du 6 juillet, les autorités concernées ont autorisé l’ouverture des marchés de bétail dans de nombreuses wilayas. Ce qui a également poussé de nombreux éleveurs et commerçants à se diriger vers les marchés. En particulier, ceux de la capitale. Ce phénomène, selon Dilmi, aura forcément un impact positif sur les prix à quelques jours de l’Aïd El Adha.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes