Des partisans d’Éric Zemmour menacent les Algériens avec des armes

France – Dans une vidéo rendue publique sur la Toile, on découvre deux partisans de l’essayiste, Éric Zemmour s’entraînant au tir tout en précisant avoir pour cible les Algériens. Dzair Daily rapporte pour vous les détails, ce jeudi 23 décembre 2021.

Bien qu’elle soit sanctionnée par la loi pénale, la discrimination raciale et ethnique se manifeste toujours à l’Hexagone. Les comportements racistes envers les populations maghrébines deviennent de plus en plus fréquents. Notamment, à l’approche du scrutin. En effet, deux (02) partisans du candidat Éric Zemmour en France, ont menacé, publiquement les Algériens avec des armes.

Effectivement, dans ce pays méditerranéen, l’immigration et la question raciale ne manquent pas de revenir en force. Actuellement, l’Hexagone ne reflète pas au monde l’image d’un pays pacifié. Particulièrement, suite à la publication de la vidéo par le groupe antifasciste Jeune Garde. L’enregistrement illustre deux sympathisants d’Éric Zemmour, s’exerçant avec un fusil à lunettes pour s’attaquer à des émigrés algériens .

Les partisans du politicien français expliquent, effectivement, viser les personnes d’origine maghrébine, notamment les Algériens. « Il y a des drapeaux algériens et marocains. J’ai vu là-bas. Donc on va s’empresser de tirer », lâche l’homme arborant une casquette. Les émigrés maghrébins ne sont pas la seule cible de ces hommes à visages cachés. Ces derniers menacent de mort, en effet, toute une série de gens.

France : des sympathisants d’Éric Zemmour menacent Emmanuel Macron

Dans la même séquence, les sympathisants d’Éric Zemmour s’imaginent tirer sur le président français, Emmanuel Macron. Ainsi que l’ancien porte-parole du parti la France Insoumise, Raquel Garrido. Les mêmes personnes visent également le député, Alexis Corbière.

Il sied de noter qu’après la diffusion de ladite vidéo sur les réseaux sociaux, Garrido et son partenaire ont décidé de porter plainte. En effet, le Pôle national de lutte contre la haine en ligne (PNLH) a ouvert une enquête. Cela pour « menaces de mort et provocation à la haine raciale ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes