AccueilPolitiqueAlgérie : Naïma Salhi bientôt devant la justice Algérienne ?

Algérie : Naïma Salhi bientôt devant la justice Algérienne ?

Algérie – Dans le cadre de la plainte déposée en juin 2019 contre Naïma Salhi, celle-ci s’est présentée, cette semaine, à la brigade de recherche de la gendarmerie de Chéraga. 

C’est en effet ce qu’ont indiqué les initiateurs de la plainte, les maîtres Sofiane Dekkal et Kader Houali, avocats au barreau de Tizi Ouzou ainsi que le militant politique Salim Chait; via un communiqué rendu public ce 10 septembre sur la page Facebook de Me Dekkal. Ainsi, selon notre source la députée membre du Parlement et présidente du Parti de l’équité et de la proclamation (PEP); Naïma Salhi, comparaîtra « bientôt devant la justice » d’Algérie.

« Naïma Salhi a été entendue par la brigade de recherche de la gendarmerie de Chéraga, dans le cadre de la plainte déposée contre elle le 09 juin 2019, pour incitation à la haine raciale et appel au meurtre »; ont révélé les auteurs de la plainte. Ces derniers ont aussi précisé que l’accusée « convoquée depuis quelque temps par la brigade de sa circonscription; a fini par se présenter pour être entendue, cette semaine; dans les faits prononcés contre elle ».

Par ailleurs, « le procès de la présidente du PEP ne sera qu’une question de jours»; lit-on dans ledit communiqué. « La balle est dans le camp du ministre de la Justice. Celui-ci devra accélérer la procédure de levée de l’immunité parlementaire contre Naïma Salhi; qui siège encore dans un Parlement décrié par la classe politique; surtout après les révélations du député FLN d’Annaba, sur les achats de sièges à coup de milliards »; souligne la même source.

Fuite en avant.. Naïma Salhi se dit « victime de sorcellerie »

En effet, cette convocation intervient quelques jours seulement après la diffusion d’une vidéo dans laquelle elle a affirmé avoir été ensorcelée au cours de ces trois (03) dernières années. « Cette déclaration fantasque, est une tentative de fuir ses responsabilités pénales et d’amadouer l’opinion », estiment Me Dekkal et ses compagnons. « Or, il n’y pas un juge conscient qui croirait à ces affabulations »; ont-ils commenté.

De plus, selon eux, « l’agitation de la mise en cause ces derniers jours, prouve à plus d’un titre, qu’elle n’est plus protégée comme elle tentait de le faire croire, en évoquant sa proximité avec les anciens gros bonnets du régime ». Sofiane Dekkal, Kader Houali et Salim Chait ont réaffirmé leur détermination, à « aller au bout » de leur engagement pour « que cette plainte aboutisse à un procès, quel que soit le temps que ça prendra ».

Pour rappel, Naïma Salhi a déclaré dans la soirée du 05 septembre dernier, avoir été sous l’emprise « d’ensorcellement durant les trois dernières années ». Selon elle, elle aurait était victime de conspirations faites par ceux en qui elle avait grandement confiance; et qu’elle avait rapproché d’elle. La députée controversée a en outre promis « qu’elle racontera un jour toute l’histoire ».

https://www.facebook.com/maitredekkal/photos/a.103678127826685/186322316228932/?type=3

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici