France : ouverture des archives sur la guerre d’Algérie

France – L’État français a décidé de rendre publiques des archives qui datent de la guerre d’Algérie. Pour les curieux, ne bougez pas ! On vous en dit plus, juste ci-dessous.

La guerre d’Algérie est un chapitre qui contient quelques zones d’ombre en France. C’est pourquoi, le gouvernement en France a entrepris, récemment, de divulguer des archives qui retracent des événements qui ont eu lieu durant une certaine période de la guerre d’Algérie. Et ce, conformément à un arrêt publié, ce jeudi 23 décembre 2021, dans le Journal officiel.

C’est en tout cas ce que rapporte le site de Cnews dans son édition d’aujourd’hui. Vous voulez en savoir davantage ? Ça tombe bien ! On vous livre, dans ce nouveau numéro de Dzair Daily, plus de détails à cet égard. Pour commencer, on précisera que les archives en question sont des « archives publiques produites dans le cadre d’affaires relatives à des faits commis en relation avec la guerre d’Algérie ». 

Cela, entre la période allant du « 1er novembre 1954 » au « 31 décembre 1966 ». Sachant qu’à la base, ces documents ne devaient pas être accessibles au grand public sauf avec l’obtention d’une dérogation, informe la même source. 

On précisera, entre autres, que ces informations sont issues des « Archives nationales, les Archives nationales d’outre-mer, les services départementaux d’archives, le service des archives de la préfecture de police, les services d’archives relevant du ministère des Armées et la direction des archives du ministère de l’Europe et des affaires étrangères ». C’est ce dont nous informe la même source depuis le texte dudit arrêt. 

Quels genres de document de la guerre d’Algérie a rendu publics la France ?

Comme cité juste avant, le ministère de la Culture en France a partagé, récemment, des archives jamais dévoilées de la guerre d’Algérie. Sachant que ces derniers concernent les « affaires portées devant les juridictions et à l’exécution des décisions de justice ». En plus de « documents relatifs aux enquêtes réalisées par les services de la police judiciaire », indique le site susmentionné. 

Pour plus de détails, cette résolution a commencé à germer dans l’esprit des responsables du ministère de la Culture en France après certains propos du président de la République, à avoir Emmanuel Macron. Pour rappel, le chef de l’État français a exprimé, il y a quelque temps de ça, sa volonté « d’éclaircir les zones d’ombre de l’histoire de France, notamment lors de la guerre d’Algérie », rédige la même source.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes