AccueilSociété et CultureCultureUn maquilleur prothésiste algérien qui fait du cinéma d’horreur frappe à la...

Un maquilleur prothésiste algérien qui fait du cinéma d’horreur frappe à la porte de Hollywood

Algérie – Les Films d’horreur ou thrillers sont quasi absents du Cinéma algérien, mais un jeune maquilleur prothésiste s’attelle à apporter du changement et rêve de l’universalité à travers Hollywood. Dzair Daily vous raconte son histoire dans la suite de ce numéro du 8 janvier 2023.  

Il a trouvé dans le maquillage du cinéma un refuge pour libérer sa tristesse et sa dépression. Alors, il a choisi les visages des gens pour créer les scènes les plus dures de sang, de blessures et de brûlures. Ce jeune maquilleur prothésiste algérien originaire de Skikda excelle dans le domaine du cinéma d’horreur et cherche à apporter son talent au monde par la porte de Hollywood.  

En effet, il s’appelle Badreddine Saib. Il est étudiant à l’Université d’Alger 2 spécialisé en sociologie de l’organisation et du travail. Son talent est distinctif et rare en Algérie. Il est un artiste en maquillage du cinéma d’horreur. Il s’illustre en exposant des scènes de cadavres, de brûlures et de mutilations. Cela à travers des outils décoratifs uniques. Ses créations apparaissent parfois réelles.

Ce jeune artiste a récemment raconté son histoire lors d’une interview accordée au quotidien arabophone Echorouk. Badreddine dit alors qu’il a fait ses débuts dans une période où il ressentait des sentiments d’anxiété sévère et de dépression.

Le jeune homme a donc eu recours à la beauté cinématographique pour sortir de cette situation difficile. Il raconte avoir vu des images de sang, de brûlures et de mutilations. Il les a ensuite peintes sur des visages. 

Badreddine Saib : « Je fais tout pour aller en Amérique »

Après cela, Badreddine a continué sur cette voie. Selon ses dires, il a fait du maquillage du cinéma un moyen de suivre le rythme des événements et des occasions ainsi que de transmettre des messages à la société. À ce propos, il a fait savoir que, par exemple, à l’occasion de la Journée de la femme, correspondant au 8 mars de chaque année, il dessine les visages de femmes battues. Son but est de dénoncer la violence contre les femmes. 

Par ailleurs, l’orateur a souligné que son talent est l’expression d’une condition humaine, pas seulement des outils décoratifs et cosmétiques. Badreddine est accepté dans la société, a-t-il dit, bien qu’il ne soit pas célèbre en Algérie. 

Concernant son avenir, il explique : « Dans le domaine artistique, j’ai reçu des compliments de réalisateurs et de producteurs. Et je suis en contact permanent avec eux », a-t-il déclaré. 

« Mais malheureusement, il n’y a pas d’industrie en Algérie pour les films d’horreur, qui a besoin de gens comme moi. Ce qui m’a poussé à chercher à développer mon talent et à l’enseigner aux autres. Le nombre peut constituer une voix entendue », a-t-il encore souligné.

L’intervenant aspire également, à l’avenir, à ouvrir une école de maquillage du cinéma. Il aimerait contribuer à la production de films d’action et d’horreur en Algérie. Badreddine désire aller aux États-Unis d’Amérique pour voir de près cet art, qui est très connu aux USA.

En outre, Badreddine Saib a appelé le ministère de la Culture à prêter attention à cet art et à soutenir ses propriétaires. Pour finir, il a remercié tous ceux qui l’ont soutenu pour mettre en valeur son talent.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici