AccueilÉconomieAutomobileImportation voitures neuves Algérie : du nouveau pour les modalités et les...

Importation voitures neuves Algérie : du nouveau pour les modalités et les conditions

Algérie – On vous dévoile, dans ce nouveau numéro de Dzair Daily, tout ce que vous devez savoir à propos des modalités et des conditions relatives à l’importation des voitures neuves. Alors, ne bougez pas ! 

Le dossier de l’importation des voitures neuves en Algérie va pas mal bouger dans les mois à venir. En effet, depuis l’annonce du président de la République concernant cette affaire, plusieurs choses ont déjà changé. Les prix des voitures ont, par exemple, chuté durant ce mois. Aujourd’hui, on en sait un peu plus à propos des modalités et des conditions qui concernent l’importation automobile dans notre pays. 

Vous êtes intéressé et vous voulez en savoir davantage ? Ça tombe bien ! On vous livre, dans ce nouveau numéro de Dzair Daily, plus de détails à cet égard. En fait, le chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune, a présidé, hier dimanche, un Conseil des ministres. Cet événement a eu pour but d’aborder plusieurs sujets. 

Notamment, ceux relatifs au secteur de la justice, du travail, de l’industrie, de la santé et des moudjahidines. Sachant que le président de la République a donné plusieurs directives, instructions et ordres. Et ce, en ce qui concerne sept (07) différentes activités. Parmi elles, le sujet épineux des conditions et des modalités de l’activité d’importation propre aux concessionnaires automobiles. 

Voici les modalités et les conditions données par le président Abdelmadjid Tebboune

La première règle est de présenter un cahier des charges pour les concessionnaires automobiles dans un délai d’une semaine. Sachant que ce document doit mettre fin à toutes les pratiques antérieures qui nuisaient aux citoyens et au Trésor public. Le deuxième point est, quant à lui, de séparer l’activité des importateurs automobile et des fabricants.

Et ainsi s’orienter vers une vraie industrie automobile, selon les normes de la technologie moderne. On conclura par le dernier point qui consiste à ne pas autoriser d’exporter des voitures d’Algérie après les avoir importées, au détriment du marché national et des besoins des citoyens, ou avec les fonds du Trésor public. C’est ce dont nous informe un communiqué partagé, ce dimanche, sur la page officielle de la présidence de la République Algérienne.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes