AccueilÉconomieDigitalUn hacker algérien pirate des entreprises françaises

Un hacker algérien pirate des entreprises françaises

Digital – Un hacker algérien vient d’être condamné à deux ans de prison, car il piratait des entreprises françaises et les obligeait à lui payer des rançons. Dzair Daily vous en dit plus sur cette affaire dans la suite de cette édition du 19 décembre 2022.

Un hacker algérien responsable du piratage de plusieurs entreprises françaises a été confondu et condamné par la justice. En effet, Djamel Oukidja, 36 ans et originaire de Tizi-Ouzou, a été condamné à 2 ans de prison et 5.000 euros d’amende par le tribunal judiciaire de Paris après son jugement par défaut. Il s’agit de ce que rapporte le site Zdnet.

Dans le détail, le mis en cause menait des cyberattaques contre des entreprises françaises avec un rançongiciel. Connu sous le pseudonyme Djamel Muscle, il a mené une dizaine d’attaques avec JobCrypter entre 2016 et 2021. Ses victimes étaient des entreprises françaises de la région parisienne, du Cher, ou encore de l’Eure-et-Loir.

JobCrypter arrivait à infecter ses cibles grâce à un lien envoyé par mail ou une pièce jointe associée au message. Et ce, en trompant ses cibles grâce à du typosquatting, en prenant l’identité des organisations connues. Le hacker parvenait à chiffrer les fichiers des victimes sous l’extension « .locked ».

Une fois son travail accompli, le pirate adressait un message texte à ses victimes. Dans lequel il demandait une rançon allant de 300 à 1.000 euros. Le message en question demandait le paiement de la rançon sous forme de cartes PaySafeCard. Ainsi que l’envoi des codes vers plusieurs adresses de messagerie commençant par «géniesanstravaille».

Le hacker algérien trahi par ses adresses de messagerie

Le chiffrement des fichiers des entreprises a gravement nui à leurs activités. Particulièrement, celles qui ont refusé de payer la rançon. Et qui se sont retrouvées à devoir ressaisir dans l’informatique des données qui étaient auparavant dans leurs systèmes. Certaines entreprises ont même dû marquer un arrêt de travail pour relancer l’informatique.

De son côté, le hacker a pu être identifié grâce à ses adresses de messagerie vers lesquelles la section cyber su Parquet de Paris a pu remonter. Les investigations vont aussi montrer que le suspect à reçu 26 mandats Western Union entre 2014 et 2016, d’un montant d’environ 300 euros chacun.

Après que le France a demandé une entraide pénale internationale, Djamel Oukidja a été arrêté par la Police algérienne et son domicile a été perquisitionné. Il avouera être l’utilisateur de ses adresses de messagerie et du rançongiciel. Se pensant à l’abri en Algérie, Djamel Muscle n’a pas fait beaucoup d’efforts pour masquer ces traces, il le regrette sûrement à présent.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici