Grippe aviaire H3N8 chez l’homme : y a-t-il un risque de pandémie comme avec la Covid ?

Santé – Après que la Chine ait détecté un premier cas de grippe aviaire H3N8 chez l’homme, la question qui est sur toutes les lèvres est est-ce qu’on risque de connaître une pandémie comme avec la Covid-19 ? On vous en dit plus ce jeudi 28 avril 2022.

Les autorités chinoises ont affirmé avoir détecté un premier cas de grippe aviaire H3N8 chez l’homme, ce qui a directement relancé les inquiétudes concernant la survenue d’une nouvelle pandémie. Alors que le Covid-19 circule toujours, l’apparition de ce nouveau virus de la grippe aviaire chez l’homme ne peut que susciter de l’anxiété. Comme le rapporte L’Express.

Cependant, les autorités sanitaires se veulent plutôt rassurantes. Le cas de grippe aviaire a été rapporté chez un enfant de 4 ans, dans le centre de la Chine. Il sied de noter que le père de ce petit garçon est éleveur de poulets. En sus, la zone où vit cette famille est peuplée de canards sauvages. C’est dans ce contexte que la transmission inter espèces a été possible.

Par ailleurs, malgré l’infection et l’hospitalisation du petit garçon, les autres membres de sa famille n’ont pas été contaminés. Ce virus infecte généralement les chiens, les chevaux et les phoques. Et les autorités sanitaires chinoises assurent que le risque de transmission entre humains est faible. Ainsi, elles ont conclu à une transmission inter espèces ponctuelle dans le cas de ce petit garçon.

Grippe aviaire H3N8 : dangereuse pour l’homme ?

En outre, et comme pour le virus de la Covid-19, il est possible d’observer certains gestes afin de se prémunir d’une éventuelle contamination. Il faudra s’éloigner des oiseaux morts, se laver régulièrement les mains et porter un masque. En cas de fièvre ou de symptômes respiratoires, il faut se rapprocher d’un service de santé. 

Le risque de pandémie demeure, et à ce propos, les autorités chinoises ont déclaré que le risque de transmission à grande échelle est minime. Les autorités européennes n’ont pas réagi à cette annonce, preuve de leur approbation. Une étude américaine publiée en 2012 démontre notamment que les cas de transmission chez les humains du virus H3N8 sont extrêmement rares.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes