Gazoduc algéro-nigérian : 3 nouvelles décisions pour concrétiser le projet

Energie – Le projet de gazoduc algéro-nigérian devrait commencer à prendre forme, et ce après la deuxième réunion ayant regroupé les ministres de l’Énergie de l’Algérie, du Niger et du Nigéria, voici les décisions qui ont été prises durant cette concertation, ce 21 juin 2022.

En effet, de nouvelles décisions ont été prises pour concrétiser le projet de gazoduc algéro-nigérian. C’est lors de sa visite au Niger que le ministre algérien de l’Énergie et des mines, Mohamed Arkab, a pris part à la deuxième réunion tripartite. Avec ses homologues du Niger et du Nigéria. Cette visite avait pour but de reprendre les discussions au sujet du projet du gazoduc transsaharien TSGP.

Après cette rencontre, le ministre algérien de l’Énergie et des mines a déclaré que les trois pays se sont engagés à poser les premières briques pour l’étude technique de ce projet. Et ce, dans les plus brefs délais. À cet effet, une équipe technique a été constituée au cours de cette réunion. Elle s’occupera d’étudier la faisabilité et les volets techniques et financiers de ces projets. 

Par ailleurs, les trois ministres organiseront bientôt une troisième réunion tripartite. Mais en attendant, cette deuxième réunion a été selon Arkab très fructueuse. Car elle a permis d’aborder tous les aspects liés à l’achèvement de ce gazoduc. Ce dernier va relier les trois pays au continent européen, et s’étendra sur plus de 4.000 Km. Il s’agit de ce que rapporte le quotidien arabophone Echorouk. 

Gazoduc algéro-nigérian : les premières pierres à l’édifice

En outre, selon Mohamed Arkab, ce projet revêt un intérêt particulier pour l’Algérie. Il donnera un nouvel élan aux relations entre les trois pays. Dans le domaine de la coopération technique et du renforcement des capacités.

Une fois achevé, ce gazoduc permettra de transporter plusieurs milliards de mètres cubes de gaz, en utilisant le réseau de gazoducs algériens. D’ailleurs, l’Algérie fournira ses infrastructures déjà existantes pour le bon fonctionnement des opérations de transport.

Par ailleurs, les zones traversées par le gazoduc permettront dans les trois pays d’assurer un développement économique et social. Contribuant ainsi à la sécurisation de nombreuses régions. Les trois parties ont ainsi convenu de l’élaboration d’une feuille de route pour ce projet. Elles partagent également la même vision sur l’importance de ce projet et de sa portée internationale.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.