France : Macron veut renforcer l’apprentissage de l’arabe à l’école (Vidéo)

France – Le président français Emmanuel Macron a accordé une interview au média en ligne, Brut, qui diffuse en format vidéo, dans laquelle il a abordé plusieurs axes de sa politique, y compris son intention de rendre la langue arabe mieux enseignée à l’école de la République.

Emmanuel Macron espère effectivement voir l’école républicaine s’impliquer avec force dans l’enseignement de la langue arabe en France. Le président français a évoqué cela dans une entrevue réalisée, hier 4 décembre, par le média de vidéos en ligne, Brut. Alors, le président, qu’on dit parti en mission de séduction auprès de la jeunesse, s’est exprimé sur le sujet. Il a donc fait ça en incrustant, faut bien le noter, dans son discours des termes empruntés au langage des jeunes d’aujourd’hui.

Le but était vraisemblablement de se montrer proche de cette catégorie de la population. Ainsi, pour rompre le fossé, dressé entre la classe politique dirigeante ou pas d’ailleurs, et les citoyens de moins de 30 ans, Macron a laissé de côté, en l’espace de 2 heures d’entretien, le langage formel qu’on lui connait sur les plateaux traditionnels. « On a énormément de jeunes dont les familles parlent arabe, parfois les deux parents, dont la culture familiale est en langue arabe.

Ils apprennent, dans l’école publique ou l’école privée sous contrat, le français. Ils vont quand-même, par ce qu’il y a cette demande et ce besoin, continuer à perfectionner leur langue. Cette dernière est leur langue maternelle et familiale. Ben du coup, ils font ça à l’extérieur. Cela parce que la République leur offre peu d’enseignement en arabe. On est en train d’améliorer les choses. Les chiffres s’améliorent. Il y a beaucoup d’associations qui leur offrent ça. C’est très bien ».

« Moi ce que je veux, c’est de remettre l’enseignement de l’arabe », assure Macron

« Mais ces associations sont souvent le lieu, je ne caricature pas, ce n’est pas toujours le cas, loin de là, de celles et ceux qui au fond, au même temps, vont leur expliquer un projet séparatiste. C’est-à-dire une idéologie. Ils utilisent l’enseignement de l’arabe pour les détourner de la République. Et moi je crois à ce que j’appellerais une politique de reconnaissance. Quand vous connaissez l’arabe et que votre famille parle l’arabe en France, c’est une chance pour la France ».

Emmanuel Macron persiste alors et signe que l’arabe est une richesse pour la France. « Ça a quelque chose à apporter à notre pays. Dans la vie de tous les jours, pour connaitre la littérature, pour l’enseigner à d’autres, pour pouvoir voyager, pour pourvoir commercer, pour rendre le pays plus fort. On apprend tous des langues étrangères. Et en quelque sorte on a refoulé les langues étrangères de celles et ceux qui étaient issus d’autres pays ou qui appartenaient à des diasporas.

C’est vraiment un processus de refoulement. Dans notre pays, qui est en train de continuer à s’améliorer, il le doit, sur les langues étrangères, on ne regarde pas un potentiel extraordinaire qu’on a. C’est qu’on a des jeunes qui en effet parlent arabe, littéraire ou dialectal. On a des jeunes qui savent parler le haoussa. Ou beaucoup d’autres dialectes africains aussi.

On a des jeunes qui parlent le turc. 1, on ne le reconnait pas. 2, on ne l’enseigne pas suffisamment. Et donc moi ce que je veux faire en effet c’est pouvoir remettre de l’enseignement de l’arabe. Celle-ci est l’une, on le sait, des langues les plus parlées par ces jeunes et leurs familles dans la République. L’objectif consiste à éviter que ce soit détourné par d’autres. Mais aussi pour reconnaitre cette part ». 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes