France : Éric Zemmour exclut toute repentance envers l’Algérie s’il est élu

France – Si le candidat à la Présidence, Eric Zemmour, arrive à être élu, aucun acte de repentance n’aura lieu envers l’Algérie, à savoir durant la Guerre de libération nationale (1954-1962). On vous révèle tout, ce 18 janvier 2022.

En se présentement aux élections présidentielles françaises de 2022 prévu du 10 avril jusqu’au 24 avril, les candidats révèlent leurs projets pour les différents secteurs en France. C’était le cas hier d’Eric Zemmour qui exposait sa volonté d’exclure, en tant que président de la France, toute assumation des actes de la colonisation française en Algérie.

Dans ce sens, le polémiste et actuel prétendant à l’Élysée a annoncé la suppression d’un accord franco-algérien. C’est-à-dire celui signé en 1968. On précise que cette convention repose sur la facilité de circulation, d’emploi et de séjour de ressortissants algériens en France. C’est en tout cas que rapporte la chaîne de télévision RT.

Par ailleurs, le célèbre écrivain, Zemmour a également ajouté que désormais ça sera une discussion « entre hommes » avec les dirigeants algériens. En outre, si toutefois il est élu, le candidat d’extrême-droite souligne qu’il « n’y a aucune culpabilité française ». Ces déclarations sont prononcés au milieu d’un climat toujours aussi tendu entre Alger et Paris. Cela, depuis les allégations de l’actuel président français au sujet de l’existence de l’Algérie en tant que nation.

Zemmour : la France n’est pas le premier colonisateur en Algérie

Ainsi, Zemmour, qui est actuellement candidat aux présidentielles françaises de 2022 reconnait la colonisation de 130 ans en Algérie. Où des massacres et des affrontements battaient leur plein. Cependant, il poursuit que « en face ils ne combattaient pas avec des roses, c’est l’histoire du monde ».

Dans ce sillage, le représentant du parti La Reconquête, qui n’est autre que Zemmour cite les différents colonisateurs de l’Algérie, à l’instar des Romains, des Arabes, des Turcs et des Espagnols qui étaient là avant la France. De surcroit, il conclut en énumérant des biens que la Cinquième République a laissé en Algérie contrairement aux autres, dit-il. Ici, il donne l’exemple du pétrole qui a été découvert en cette période. C’était exactement en 1956.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes