AccueilActualitéFranceFrance : un Algérien de 55 ans coffré pour agression sur mineur

France : un Algérien de 55 ans coffré pour agression sur mineur

France – Accusé d’agression sur mineur et d’autres accusations, le verdict final a été prononcé au sujet de l’Algérien Ali, âgé de 55 ans. Dzair Daily vous apporte plus de détails à ce sujet dans les lignes qui suivent. 

Après plusieurs années de mariage, un Algérien installé en France a été accusé d’agression et de violence contre son ex-femme et le fils mineur de cette dernière. À cet effet, les autorités compétentes ont tranché dans cette affaire. Ainsi, si vous voulez en savoir plus, nous vous invitons à lire l’intégralité de cette édition du 31 octobre 2022. 

Selon ce que rapporte le média français Liberté, les faits de l’affaire remontent au mois de février 2022. Soit trois mois après le divorce d’Ali et son ex-épouse, Stéphanie. On notera que le couple a mis fin à son mariage qui a duré six (06) ans en fin d’année 2021. Et ce, à l’initiative de la femme en question. Cependant, il semblerait que cette décision n’ait pas été au goût d’Ali. 

Lui qui a essayé de reprendre contact avec la femme qui a partagé sa vie. Mais malheureusement, l’histoire a pris une tournure différente ! Dans le détail, le principal concerné a été accusé de violation de domicile, violence sur mineur ainsi que menaces de mort. À cet effet, il a écopé d’une peine de cinq (05) mois de prison. Ainsi que 800 euros comme indemnisation pour préjudice subi par Stéphanie et son fils. 

Voici la version des faits selon Ali 

Auprès des autorités responsables, Ali a, d’abord, contesté les accusations qui lui ont été attribuées par Stéphanie. Dans le détail, il a affirmé que son ex-femme était au courant de sa venue, car il lui a informé. À en croire ses propos, il n’aurait même pas dépassé le seuil de la porte. Et ce, face à la résistance de la propriétaire du domicile.  

Paradoxalement, Ali a raconté une deuxième version de faits. Selon laquelle, le fils de son ex-compagne était dans sa chambre à son arrivée. « Oui, je suis entré, mais son fils était dans sa chambre ». Pour rappel, Stéphanie a accusé Ali d’avoir repoussé son enfant et de faire tomber ce dernier. 

Pour faire face à ses propos, le détenu a indiqué : « c’est elle qui m’a mis des coups de poing et son fils voulait me frapper aussi, je l’ai juste repoussé, mais il n’est pas tombé ». Dans le même sillage, on notera que la même personne aurait reçu des menaces de mort de la part de son ancien mari. Cependant, le tribunal a décidé de retirer les charges de menaces de mort. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes