Euro – Dinar Algérien : Le square stagne en raison des frontières fermées

Algérie – Aujourd’hui, le marché parallèle algérien de la devise (square), où l’euro ainsi que d’autres monnaies étrangères s’échange contre le dinar (DZ), tourne au ralenti à cause de la poursuite de la fermeture des frontières dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

- Advertisement -

La crise sanitaire poursuit ses ravages. Le marché parallèle de la devise (square), où s’échange le dinar algérien contre les monnaies étrangères, l’euro et le dollar à leur tête, n’a pas été épargné par la Covid-19. L’activité sur place connaît une stagnation générale ces derniers temps. C’est ce que rapporte le quotidien arabophone El Khabar, ce mardi 27 avril 2021.

Cette situation résulte en effet de la longue fermeture des frontières du pays en plus de la suspension de la reprise des liaisons aériennes. En conséquence, tant que les voyageurs algériens seront absents, les transactions sur le marché parallèle risqueront de chuter encore davantage.

Un autre facteur est impliqué dans l’inertie de la sphère informelle. Il est question de l’absentéisme des transactions économiques, notamment les importations. Il est bien connu que les importateurs sont les principaux clients des cambistes. La situation pourrait donc persister encore longtemps, du moment où l’incertitude demeure sur la réouverture des frontières.

Taux de change du dinar sur le marché parallèle

D’autre part, la suspension de l’ouverture des frontières a impacté négativement le taux de change du dinar algérien face à l’euro et le dollar américain. La situation a conduit à une diminution de la masse des devises en circulation sur le marché parallèle. Ce qui a abouti à la flambée de la valeur des monnaies étrangères.

Dans ce contexte, au niveau du Square Port-Saïd à Alger, ce 27 avril 2021, un euro s’échange contre 210 DA à l’achat. Quant à la vente, un euro correspond à 208 DA. De son côté, un dollar américain s’achète à 171 dinars et se vend à 175 dinars. 

En dépit de l’illégalité du marché parallèle de la devise, en vertu de l’ordonnance 10/03, ses taux de change reflètent en effet la valeur de la monnaie nationale la plus proche du réel, rédige le quotidien arabophone. Cela est de vigueur, selon la même source, à la lumière d’une faiblesse du système bancaire et l’absence de bureaux de change.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes