Énergie en Algérie : Voici pourquoi le projet Desertec n’a pas abouti

Algérie – Le ministre de la Transition énergétique, Chems Eddine Chitour, révèle les vraies raisons du non-aboutissement du projet d’énergie solaire Desertec en Algérie.

- Advertisement -

En effet, dans une déclaration au Conseil de la nation, qui s’est réuni aujourd’hui 25 mars 2021, le ministre de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, Chems Eddine Chitour en l’occurrence, révèle les raisons derrière le non-aboutissement du projet d’énergie solaire, dit Desertec, en Algérie, rapporte le quotidien Ennahar.

Dans le détail, l’intervenant indique que le coût d’investissement du projet susmentionné a été estimé à 450 milliards de dollars. Ce qui représente une somme importante, qui n’a pas reçu l’accord des banques pour son financement. Cela dit, le ministre indique qu’un projet de partenariat serait en phase d’étude avec l’Allemagne.

| Lire aussi : Énergie : L’Algérie doit renoncer au « Projet Desertec », estime Attar

Cette collaboration qui verra le jour, selon Chitour, en 2030, consiste à produire de l’hydrogène grâce à l’énergie solaire. Ce dernier remplace le gaz, et sera transféré directement vers l’Europe à travers des pipelines. Le processus permet de transformer la lumière du soleil directement et efficacement en hydrogène.

Toutefois, le premier responsable du secteur en Algérie précise que le modèle énergétique du pays n’est pas rentable. Ainsi qu’il n’est pas suffisant pour relancer l’économie du pays. Notamment, vu le fait que nous dépensons près de 60 millions de tonnes par an.

De plus, il explique que si la cadence de consommation continue de la sorte, l’Algérie peut être confrontée à un déficit dans les générations à venir. Pareillement, Chitour a déclaré lors de la même rencontre la création d’une nouvelle agence de transformation d’énergie solaire en électricité, pour la fin 2021.

| Sujet connexe : Projet Desertec : Un tournant énergétique inédit pour l’Algérie ?

Par conséquent, les travaux de cette agence débuteront par les wilayas du Sud du pays. Il s’agit de : Ouargla, Ghardaïa, Laghouat, Biskra, d’après la même source. Ladite agence exploitera le potentiel solaire du désert du pays, à partir des centrales solaires thermiques.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes