AccueilÉconomieDevise : l’inflation dans la zone euro atteint un niveau record

Devise : l’inflation dans la zone euro atteint un niveau record

Devise – C’est inédit : le taux d’inflation monte en flèche et dépasse la barre des 9 % au niveau des pays de la zone euro. Nous vous invitons à découvrir l’ensemble des détails relatifs à ce sujet dans les lignes qui suivent. 

Depuis l’été 2021, l’inflation, autrement dit, la hausse généralisée et constante des prix des biens en plus des services, atteint des niveaux jamais vus depuis des décennies dans les États de la zone euro, ceux partageant la devise unique européenne. Sur une année, elle est en effet passée de 1,5 % à 6,8 %. Cela avant d’atteindre la barre de 9,1 % le mois précédent.  

Un phénomène qui semble donc s’installer durablement au sein des territoires membres de l’Union européenne (UE). Alors que leurs banques centrales évoquaient, il y a encore quelques semaines, une conjoncture passagère, le prix à la consommation a battu un nouveau record. Il est effectivement estimé à 10 % en septembre.

Il s’agit là de ce dont font état les chiffres publiés, ce vendredi 30 septembre 2022, par l’institut EurostatSelon les données de la même source, l’inflation n’a jamais atteint un tel seuil.

Elle n’a pas été à deux chiffres depuis le début de la publication de l’indicateur, en hiver 1997. C’est ce qu’a encore précisé le susdit office chargé de publier les statistiques économiques de l’UE. Quelles sont alors les causes actuelles de cette flambée des prix ? Une question à laquelle nous allons tenter de répondre ci-dessous. 

Inflation à 10 % chez les pays occidentaux : en voici les raisons 

Le nouveau record de l’inflation en zone euro s’explique ainsi principalement par la flambée des prix des énergies (gaz et pétrole). Ces derniers ne cessent de bondir notamment du fait de la guerre russo-ukrainienne. La Russie qui a interrompu l’approvisionnement de plusieurs pays de la zone euro pousse effectivement les prix à la hausse sur les marchés européens.

C’est du moins ce que s’accordent à dire un grand nombre d’économistes. À rebours de cette théorie, d’autres estiment que la dépréciation de la monnaie unique, enregistrée depuis le début de l’année courante, est la première cause de cette progression de l’inflation.

D’après leurs calculs, le prix à la consommation aurait été stable, si l’euro n’avait pas essuyé des pertes de sa valeur face au billet vert, le dollar. Une chute qui, faut-il le rappeler, renchérit les coûts des importations et renforce ainsi la pression inflationniste.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes