Boules d’eau du mouton de l’Aïd El Adha : 10 conseils du ministère algérien de la Santé

Algérie – À l’occasion de l’Aïd El Adha, le ministère algérien de la Santé a donné quelques conseils relatifs aux boules d’eau du mouton. Dzair Daily vous en dit plus, ci-après.

Avec l’approche de l’Aïd El Adha, de nombreuses discussions voient le jour au sujet des boules d’eau du mouton ! En effet, les vésicules constituent un danger pour la santé des citoyens. De ce fait, le ministère de la Santé a incité les citoyens accomplissant ce rituel sacré à respecter quelques mesures de prévention.

Ainsi, si vous voulez en savoir plus, vous n’avez qu’à lire l’intégralité de cette nouvelle édition. Commençons par vous rappeler que le kyste hydatique est une maladie dangereuse et parasitaire. En effet, elle est transmise par les animaux, comme la rage ou la brucellose. Elle se développe au niveau du foie ou du poumon chez l’homme. 

D’ailleurs, ladite maladie est asymptomatique à son début. En d’autres termes, elle ne peut être diagnostiquée qu’au stade de complications. Et ce, en coïncidence avec l’apparition des kystes dans les organes. À cet effet, le malade doit subir une intervention chirurgicale souvent lourde et complexe. Donc, il est fortement recommandé de suivre les instructions émises par les autorités spécialistes. 

Le ministère de la Santé interdit le jet des abats parasités dans la nature

Selon l’article rapporté par le quotidien arabophone Echorouk, le ministère de la Santé insiste sur le fait de bien « contrôler le mouton sacrifié, par le vétérinaire ». Ou bien « examiner avec précaution les abats (foie, poumons) et les autres viscères de la bête sacrifiée ». Et ce, en recherchant les kystes ou les vésicules. 

Dans le cas où vous trouvez des kystes, vous serez amenés à « bouillir ou brûler les abats et les autres viscères de la bête sacrifiée ». Par ailleurs, vous devez enterrer les abats qui portent les boules d’eau sous terre à plus de 50 cm. De cette manière, les chiens errants ne pourraient en aucun cas les déterrer. Entre autres, il est interdit de donner les abats entachés aux animaux. 

Car ces parties comestibles du mouton, « constituent le réservoir du parasite ». Dans le même sillage, le ministère susmentionné rappelle également la nécessité de « se laver les mains après avoir caressé un chien » et de respecter les mesures préventives contre la Covid-19. Cela, en limitant le contact inutile dans les endroits d’achat et d’abattage. Au-delà du port de masque et du lavage des mains parallèlement.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes