AccueilÉconomieDigitalAlgérie : ces universitaires ne seront plus « noyés sous des piles...

Algérie : ces universitaires ne seront plus « noyés sous des piles de papiers »

Algérie – Le ministère de l’Enseignement supérieur décide d’engager une politique visant à réaliser l’objectif « Zéro papier » qui aidera les universitaires à opter pour le numérique plutôt qu’à des piles de papiers. Retrouvez les détails à ce sujet, dans la suite de cette édition du 8 octobre 2022. 

En effet, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique décide d’abandonner la version de papiers accréditée par les universitaires lors de la rédaction de leur thèse de doctorat en Algérie. Cela en intégrant la politique « Zéro papier », ce qui les orientera probablement vers une version plus moderne. 

Il s’agit de ce que relate le quotidien généraliste arabophone Echorouk. Effectivement, le susdit ministère optera désormais pour la version numérique. En préambule, mettre en œuvre un e-parapheur pourrait en être utile. Et ce, afin de dématérialiser le flux documentaires au niveau des universités. 

Plusieurs axes sont notamment prévus pour la mise en œuvre progressive du déploiement d’une gouvernance numérique. Notant que cette décision intervient dans le cadre de la numérisation du secteur de l’Enseignement supérieur. C’est ce dont on a appris des instructions du Secrétaire général par intérim du susdit ministère

Désormais, les doctorants ne présenteront plus de version papier de leur avant projet ou de leur thèse. En revanche, le dépôt sera exclusivement via un support numérique sous forme de CD. Pour qu’ensuite publier ultérieurement le projet sur la plateforme numérique « DSPACE » de chaque établissement.

Numérisation du secteur universitaire : un projet en route 

Rappelons,  notamment, que plusieurs sont les mesures prises dans le cadre de numérisation du secteur universitaire. À savoir l’intégration d’une nouvelle plateforme numérique, établie au profit des enseignants et étudiants universitaires. Cela dans le but de leur faciliter les transactions pédagogiques. 

D’ailleurs, c’est l’Université de M’sila qui donne l’exemple de l’Université numérique en Algérie. Notant, dans le même sillage que de nombreuses universités déploient des efforts afin de procéder à la numérisation de leurs services. Telles que l’Université de Tipaza, ainsi que des institutions qui ont développé leurs propres applications.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes