Énergie

Algérie : Vers la généralisation du GPL/C et des voitures électriques

3
Algérie GPL/C voitures électroniques
S'abonner :

Algérie – La généralisation du GPL/C et les voitures électriques pour solutionner la forte consommation de l’essence en Algérie, indique Chitour. 

Lors de son passage sur les ondes de la Radio nationale ce lundi 24 août, le ministre de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, Chems Eddine Chitour a dévoilé ledit plan; élaboré pour solutionner la forte consommation de l’essence. Et ce ; en s’orientant vers la généralisation de l’utilisation du GPL/C et des voitures électriques en Algérie, rapporte le média Algérie 360.

À ce propos; le ministre a tenu à porter à la connaissance des citoyens que « le gazole est plus dangereux que les GPL ». L’initiative de généraliser les GPL/C se veut, selon Chitour de trouver de nouvelles solutions pour rationaliser la consommation des carburants en Algérie. Selon la même source, le ministre a assuré par la suite que le gouvernement travaille ardemment pour se faire.

Dans la même déclaration à la presse, le membre du gouvernement a fait état de l’acquisition « dans l’immédiat », de 200.000 kits-GPL, pour autant de véhicules. Ce qui permettra d’économiser 200 millions de tonnes d’essence. Une telle opération réduira la facture des importations de carburant de 200 milliards à 60 milliards de dollars; précise le média Algérie Eco

Dans le même sillage; l’invité de la radio a pointé du doigt la nécessité de l’exploitation des énergies solaires. Selon Algérie Eco; Chitour a indiqué à cet effet; que l’Algérie est en train de suivre la feuille de route dédiée à cet égard. Pour lui; développer un tel projet nécessite la recherche de partenaires spécialisés dans le domaine, à titre d’exemple; les Chinois; les Américains ou encore les Allemands. 

Vers la généralisation des voitures électriques

En outre, s’ajoutant à la généralisation du GPL/C; le ministre a assuré par ailleurs qu’il est possible « d’aller vers la généralisation de l’utilisation des voitures électriques » en Algérie, tout en faisant savoir que 80 % des citoyens optent pour l’électronique, souligne le média Algérie 360

S’agissant du futur énergétique; le ministre ambitionne d’introduire les véhicules; bus et trains électriques. Pour lui; cette solution pourra sortir l’Algérie de son « ébriété actuelle » pour l’amener vers une « sobriété énergétique », à l’horizon de 2030, spécifie le site spécialisé en économie Algérie Eco

Il est question, selon Chitour, de faire le choix entre l’exportation de l’énergie ou sa consommation. Ajoutant à cela le contexte pandémique que nous vivons aujourd’hui. « Nous vivons au-dessus de nos moyens », a-t-il déclaré. L’Algérie est donc dans la nécessité « d’assurer un viatique aux générations futures »; a rapporté la même source.

D’autre part, cette dernière a indiqué que le ministre de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables a révélé; que l’Algérie possède 2.500 milliards de mètre-cube de gaz; soit une quantité qui peut tenir pour une vingtaine d’années, mais seulement si les citoyens consomment moins.

 

Article recommandé :  L'impact de l'importation des voitures d'occasion sur le marché noir des devises

Air Algérie, ASL Airlines, Air France.. Voici le point sur les vols

Article précédent

Rentrée scolaire 2021 : Le Cnapeste s’exprime sur les moyens établis

Article suivant

Lire aussi

3 Commentaires

  1. Véhicules électriques et non pas électroniques !
    Et sinon Mr le Ministre compte produire comment l’électricité nécéssaire dans un pays qui connait toujours régulièrement des délestages sur son réseau électrique?

  2. Reduire la facture de 200 a 60 milliards de dollars!c est quoi ce dlire? On aurait accorder du credit a ce genre de bobard si ca avait formule autrement :d2 60 a 200 milliards mais surtout sur combien d annees?

  3. Mr le ministre est dans un monde qui est lui propre. C’est du délire. Banir le diesel, alors que tous les engins fonctionnent avec, notamment dans les secteurs de l’agriculture, du bâtiment, du transport de marchandises. Ni en Europe, ni au USA ni dans d’autres pays ils avancent les choses de cette manière. Le GPL, libre à tout citoyen de l’utiliser. En arrivant à l’électrique, là je ne peux me retenir et le taux avancé dans un autre entretien partie le ministre, tenez vous bien : 80%!!!!!!!. Ya adjaba, dans les pays très développés avec un niveau de vie très en dessus du citoyen Algérien et ils n’arrivent pas à s’offrir une électrique et chez nous on annonce comme ça des projets qui nécessitent beaucoup de réflexion et de travail sur plusieurs décennies. Me le ministre, le salaire minimum garanti en Algérie c’est l’equivalent 130 euro et dans les autres pays c’est 1400 euro et plus. Et je ne rentre pas dans les défis techniques et la logistique que pose actuellement ; les batteries, les bornes, le temps de recharge à réduire,… etc. Des milliards de dollars sont injectés par les constructeurs automobiles pour résoudre ces problèmes afin que le produit soit abordable et ne pose pas de problème.
    A l’heure actuelle, tous ceux qui ont opté pour le GPL, feront le tour d’Alger pour trouver une station où le GPL est disponible. Je termine par le prix des électrique : plus de 60000 euro pour des voitures avec des performances égalent à celles du moteur thermique et 30000 à 40000 euro pour des voiturettes comme la Renault ZOE avec une autonomie limitée. Marchons à pied en attendant.

Comments are closed.