AccueilActualitéAlgérieAlgérie : entre fraude et manipulation, l’Anade tire la sonnette d’alarme

Algérie : entre fraude et manipulation, l’Anade tire la sonnette d’alarme

Algérie – Un énorme nettoyage des impliqués dans la fraude, se fait au sein de l’Agence nationale d’appui et de développement de l’entrepreneuriat (ANADE). Pour en savoir plus quant à cette affaire, nous vous invitons à découvrir ce numéro crucial.

Certains bénéficiaires de l’Agence nationale d’appui et de développement de l’entrepreneuriat (ANADE) sont impliqués dans la fraude, en Algérie ? Désormais, le ministère de l’Économie, de la connaissance et des startups prévoit d’effectuer un ménage colossal au niveau des micro-entreprises. En fait, cette initiative a vu le jour après l’approbation de la parution des fraudeurs ayant bénéficié de l’Anade.

De quoi lancer des investigations concernant cette sombre affaire. Les premières enquêtes ont levé le masque sur la présence d’énormes dépassements de la part des fournisseurs. C’est ce qu’a révélé une source proche du dossier auprès du média El Khabar. Il est à noter qu’un nombre important de jeunes a été exploité pour couvrir cette fraude. Ainsi, Anade a connu que des chiffres négatifs.

La source a déclaré audit média : « Il n’y a aucun numéro vert dans le dossier d’Anade ». Selon ce dernier, jusqu’à présent, tous les numéros enregistrés sont négatifs. Dans ce sens, les enquêtes accomplies au niveau d’Anade ont prouvé, avec preuves, la présence de dossiers de fraude et de manipulation. Et ce n’est pas tout ! il est aussi question de trafic des certificats afin d’avoir une aide financière auprès de l’agence.

La reproduction du scénario Ansej !

En effet, le responsable d’Anade a décrit la gestion de l’agence comme étant la reproduction de l’expérience Ansej. Avant de faire savoir que celle-ci s’est consacrée à la mentalité du Beylik dans son agissement avec les propriétés de l’État. Ou encore les capitaux obtenus via des crédits et les voies d’appui mises en place en faveur des jeunes.

Pour rappel, depuis sa rénovation en 1996 jusqu’à sa transformation en Anade, l’Ansej a financé des milliers de projets. Et ce, avec une enveloppe financière excédant 1.200 milliards DA. Ces prêts sont certes accordés, mais d’une manière non étudiée. Puisque les jeunes entament l’achat de tout le matériel et signent les contrats et choisissent ce dont a besoin le projet.

Selon ledit responsable, aujourd’hui, à travers cette agence, le ministère retrace un nouveau plan d’action. Celle-ci sera exposée auprès du Conseil des ministres avant la fin de l’année en cours.

Tandis qu’Anade connaîtra une nouvelle approche dans sa gestion à l’arrivée de l’année 2023. D’autre part, cette étape urgente intervient après que le ministère a décidé de geler le financement pour plusieurs mois. L’objectif majeur de cette décision est de revoir les dossiers dans le cadre des réformes radicales.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes