30.9 C
Alger
30.9 C
Alger
vendredi, 12 juillet 2024
- Publicité -
AccueilActualitéAlgérieAlgérie : Ferhat Ait Ali dévoile son plan pour rétablir l’industrie nationale

Algérie : Ferhat Ait Ali dévoile son plan pour rétablir l’industrie nationale

Publié le

- Publicité -

Algérie – Le ministre de l’Industrie a clarifié plusieurs points concernant son plan de réforme et de développement de l’industrie nationale, en déclin depuis des années.

Lors de son intervention au forum du quotidien El Moudjahid ce 18 Février. le ministre de l’Industrie et des Mines Ferhat Ait Ali Braham, s’est exprimé sur les défis qui l’attendent au sein de son ministère et a révélé quelques axes stratégiques qui devraient être pris incessamment, en élaborant notamment une véritable politique industrielle afin de réformer le secteur industriel en Algérie.

Dans ce sens, Ait Ali a plaidé l’assouplissement de la fameuse règle 49/51 en faveur des investisseurs étrangers. « Tout investisseur étranger voulant réellement s’implanter en Algérie, n’a qu’à se présenter avec son capital financier car l’État s’engage à ne pas lui imposer de partenaire », a fait savoir le ministre de l’Industrie.

- Publicité -

Ferhat Ait Ali poursuit, en se penchant sur les nombreux problèmes rencontrés actuellement par diverses entreprises publiques, estimant que ce résultat est le fruit d’une concurrence déloyale lancée contre elles, citant à cet égard, l’ENIEM comme exemple. « Le but de ces institutions [publiques] est de créer des emplois, alors que la fabrication réelle des électroménagers ne concerne qu’une fine catégorie contrairement au montage qui est réalisé par une multitude d’entreprises. », a regretté le ministre, qui n’a pas hésité à tacler encore une fois l’industrie du montage.

Le ministre a par ailleurs lever le voile sur les pratiques frauduleuses utilisées par certains investisseurs et industriels, qui profitent du manque d’encadrement dans l’octroi de prêts et des crédits bancaires pour s’enrichir illicitement. « L’utilisation des biens industriels à des fins de garanties pour l’octroi de prêts est inacceptable et sera révisé par des dispositifs adéquats, » a-t-il fait savoir, assurant que le gouvernement s’engagera à « éradiquer ce phénomène », au même titre que le « favoritisme et le copinage » dans l’attribution des projets industriels.

Concernant les exonérations fiscales des taxes douanières, Ferhat Ait Ali Braham a indiqué qu’elles étaient à l’origine du gonflement des factures et a annoncé que l’abolition de ces avantages fiscaux pour plusieurs secteurs, en particulier celui du montage, sifflant ainsi la fin du monopole des monteurs algériens.

- Publicité -

En outre, le ministre de l’Industrie a fait savoir qu’il ne serait pas contre l’idée que l’armée nationale populaire (ANP) puisse reprendre certaines projets industriels, à l’image du complexe sidérurgique d’El Hadjar, fleuron de l’industrie algérienne.

« Si l’armée nationale demande à reprendre le Complexe d’El-Hadjar, je ne m’y opposerai pas. », a confié Ait Ali, estime que la gestion actuelle du complexe d’El Hadjar est loin d’être optimale. Pour rappel, le ministre de a annoncé le 15 février dernier que la SNVI sera rattachée dans deux à trois mois à la direction de la fabrication militaire.

Concernant le retour de l’importation des véhicules de moins de 3 ans (d’occasion), Ait Ali a mis fin aux spéculations, en révélant que les prix des voitures d’occasion (de moins de trois ans) que le gouvernement a autorisé à importer seront très proche du prix des véhicules neufs et que les citoyens algériens ne devraient pas s’attendre à des bas prix.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -