Algérie : L’État sauve l’ENIEM en débloquant un crédit 1.1 milliards

Algérie – L’État a débloqué un premier crédit de 1.1 milliard de dinars pour aider l’ENIEM à faire face aux difficultés financières qu’elle rencontre depuis quelques mois.

En effet, un crédit de 1.1 milliard de dinars a été débloqué au profit de l’Entreprise nationale des industries de l’électroménagers ENIEM en situation d’arrêt technique depuis le 2 février suite à des contraintes financières; a annoncé Djilali Mouazer, président directeur général de la société publique.

« La Banque a été instruite par les autorités centrales afin de débloquer les crédits, suite à quoi un premier montant de 1.1 milliard de Dinars Algérien a été débloqué jeudi dernier »; a déclaré Djilali Mouazer après la réunion qui s’est tenue le 2 février en compagnie du ministre de l’Industrie Ferhat Ait Ali.

Ce montant contribuera au réapprovisionnement en matière première (CKD/SKD), en vue d’aider l’entreprise à reprendre ses activités dans un premier temps.

Second crédit en vue et reprise graduelle de la production

En plus du premier crédit bancaire débloqué en faveur de l’ENIEM grâce à l’intervention du ministère de l’Industrie, un second crédit de 1.5 à 2 milliards de dinars sera débloqué incessamment sous peu, a révélé Mouazer. « Avec le second crédit qui sera accordé dans les prochains jours, nous aurons de quoi faire face pendant six mois »; a fait savoir le PDG de l’ENIEM.

La reprise de l’activité au niveau des unités de production de l’ENIEM se fera quant à elle, de manière graduelle d’ici la mi-mars; a en outre indiqué Djilali Mouazer qui a précisé en outre que les commandes d’approvisionnement en matières premières ont été lancées auprès de la banque de domiciliation de la société, la BEA en l’occurrence.

« Pour la reprise d’activité, le temps d’acheminement de la matière première prend entre deux à trois mois, toutefois il y a des commandes qui ont été passées avant cet arrêt il est donc possible de reprendre la production vers fin mars, voire la mi-mars si nous recevons le premier arrivage de matière première »; a expliqué Djilali Mouazer.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes