Algérie : le coronavirus a impacté les entreprises existantes et a freiné l’émergence de nouvelles

Algérie – La pandémie virale du SAR-CoV-2 a eu un impact spectaculaire sur l’ensemble des entreprises algériennes. Toutes ont été brutalement prises dans le tourbillon de cette crise sanitaire qui leur a infligé, sur son passage, des pertes financières considérables. La preuve en quelques chiffres. 

Fermeture des frontières, couvre-feux prolongés, confinements stricts… Il n’en demeure pas moins vrai que les restrictions sanitaires ont engendré une crise économique majeure ces deux dernières années. Les profondes répercussions du nouveau coronavirus n’a évidemment pas épargné les entreprises, moteur vital de croissance pour l’économie d’Algérie.  

C’est du moins le constat formulé par l’Office national des statistiques (ONS). Ce dernier a ainsi révélé des chiffres plutôt inquiétants. Ceux-ci traitent de la création d’entreprises en Algérie durant 2020, l’année où est apparue le nouveau coronavirus. Le quotidien généraliste francophone LSA les a repris dans son édition du vendredi 26 décembre 2021. Selon l’étude en question, le pays est bien au-dessous de la norme requise. 

Le nombre de firmes créées en son sein a fortement baissé. Seules 7.969 ont en effet été mises en œuvre contre 9.334 conçues en 2019. Soit une régression notable de 1.365 et une baisse 14,62%. Plus alarmant encore, 1912 entreprises ont été radiées du répertoire au premier semestre de l’année dernière. Le taux de radiation s’est colossalement accru dans la seconde moitié, avec la faillite de 2.667 établissements industriels et commerciaux. 

Coronavirus en Algérie : chute du chiffre d’affaires pour plus de 90 % des entreprises en 2020 

La crise sanitaire liée au nouveau coronavirus, à laquelle se heurte encore aujourd’hui l’Algérie, a donc littéralement meurtri les fonds de ses entreprises. Elles ont été  nombreuses à constater une baisse de leurs trésoreries au cours de 2020 en comparaison à l’année qui précède. Il s’agit là de l’un des résultats qu’a publié le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD), il y a quelques mois.

Les mesures gouvernementales en furent alors la cause. Elles sont considérées comme les principaux freins à l’activité entrepreneuriale. Suite au confinement que le gouvernement avait instauré pour lutter contre la propagation de la pandémie, 93 % des sociétés algériennes ont alors noté des difficultés à commercialiser leurs produits. Tandis que 63 % d’entre elles ont dû baisser leurs rideaux du fait de l’absence du client. 

L’impact négatif du coronavirus sur la productivité des entreprises d’Algérie : le gouvernement à la rescousse !

Selon le même centre de recherche, les entreprises algériennes, dont la majorité sont des PME, ont enregistré une perte moyenne de 50 % de leurs chiffres d’affaires en 2020 en raison de la crise du nouveau coronavirus. Celles appartenant au secteur manufacturier ont été le plus impactées. Elles ont subi de ce fait une chute de 90 % du CA. 

Dans ce flux entrepreneurial préoccupant, les entreprises algériennes ne cèdent pas, déclarant même être optimistes. La cause peut-être de cet état d’esprit : la vaccination et la récente déclaration du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale. Youcef Cherfa a, faut-il le rappeler, récemment déclaré la création de 3.881 établissements économiques, dont 1.207 destinées aux diplômés universitaires. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes