Reprise des vols et ouverture des frontières en Algérie : Belhocine précise

Algérie – Le fameux épidémiologiste répondant au surnom de M. Ebola et expert à la réputation internationale bien forgée, Pr Mohamed Belhocine, apporte des éclaircissements sur la question parmi celles qui suscitent le plus d’engouement depuis des mois maintenant : L’ouverture des frontières fermées et la reprise des vols suspendus en Algérie depuis le printemps dernier.

Les restrictions aux frontières sont notre rempart contre le fléau viral. Ce dernier continue de sévir un peu partout dans le monde. C’est ce que soutient en effet le professeur Belhocine en traitant du sujet qui préoccupe plus particulièrement nos ressortissants à l’étranger. Mais aussi leurs proches au pays. L’ouverture des frontières et la reprise des vols enlèveront à l’Algérie l’effet bouclier qui lui est jusque-là garanti par ledit verrouillage.

Ce qui vient d’être exposé plus haut relève des propos tenus par Pr Belhocine dans un entretien, paru ce 14 octobre, au média en ligne Tout sur l’Algérie – TSA. « Les transports d’une manière générale ont très clairement joué un rôle majeur », assure Pr Belhocine. Cela « dans la dissémination fulgurante de l’épidémie », précise-t-il. Chose survenue au cours de « janvier dernier ». En outre, « on a bien vu toutes ces cartes ».

Le virus suit l’itinéraire des vols à travers la planète, selon Pr Mohamed Belhocine

Celles-ci montraient « que l’épidémie s’est diffusée de façon parallèle à l’intensité du trafic aérien ». Ainsi, l’éminent spécialiste mis en cause les vols. Il s’adonne alors à cet exercice en s’étayant sur les cartes qu’il cite comme éléments de preuve. Les avions qui passent d’un espace aérien à l’autre sont « un vecteur important » du virus. Le spécialiste en épidémiologie est formel quand il dit ça.

Le déverrouillage des frontières de l’Algérie ainsi que le retour des vols sont objet de crainte pour Belhocine. « Notre voisinage […] connaît une recrudescence » d’infections au Coronavirus, argue l’intervenant. Cette flambée des cas est « parfois même inquiétante dans certains pays », ajoute-t-il encore. Mohamed Belhocine bénit « l’absence du trafic aérien avec ces zones hyper infectées ». Pour lui, cela « joue un rôle de bouclier pour l’Algérie ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes