AccueilGuide VoyagesOuverture des frontières : l’autorisation d’entrée en Algérie est toujours obligatoire ?

Ouverture des frontières : l’autorisation d’entrée en Algérie est toujours obligatoire ?

Algérie – Un spécialiste de la santé s’est exprimé, aujourd’hui 30 mai 2021, sur l’autorisation d’entrée en Algérie en indiquant si elle sera obligatoire ou non après l’ouverture des frontières prévue pour ce mardi 1er juin.

En effet, un professeur et membre du Comité scientifique chargé du suivi et de l’évolution de l’épidémie Covid-19 en Algérie s’est manifesté ce dimanche. Cela afin de s’exprimer sur l’ouverture des frontières en Algérie en passant par le sujet de l’autorisation d’entrée précédemment exigée pour les voyageurs. Est-ce toujours le cas ? C’est justement une interrogation à laquelle a bien voulu répondre le professeur. 

En outre, le médecin interrogé est, en fait, le Dr Ryad Mahyaoui, chef du service de réanimation au CNMS. Il s’est prononcé sur plusieurs sujets relatifs à la reprise du trafic aérien qui, pour rappel, entrera en vigueur mardi prochain. En ce qui concerne l’autorisation d’entrée, il s’avère qu’elle n’est plus obligatoire, selon le locuteur. 

Ainsi, chaque citoyen algérien est libre de rentrer au pays sans être contraint d’entamer des démarches pour obtenir un laissez-passer. C’est du moins ce qu’a proféré le spécialiste de la santé. Dans le détail, ce dernier a déclaré mot pour mot  qu’« il n’y a pas d’exclusion. Tout le monde peut voyager et se déplacer quand il aura besoin de le faire ». C’est en tout cas ce que rapporte le site spécialisé Visa Algérie.

Ouverture des frontières nationales : Mahyaoui s’exprime sur l’obligation de quarantaine aux frais des passagers

Si la reprise partielle du trafic aérien a ravi et soulagé de nombreux citoyens et ressortissants algériens, ce n’est pas exactement le cas pour les conditions exigées à cet égard. En effet, les mesures imposées ont fait débat auprès des membres de la diaspora. 

Beaucoup trouvent que lesdites modalités peuvent être « encombrantes », voire « handicapantes », a-t-on dit. De son côté, Ryad Mahyaoui comprend parfaitement cette réaction. Il déclare dans ce sillage que « c’est une réaction tout à fait normale ». Le professeur a toutefois essayé de raisonner les opposants à ces conditions. 

Cela en les invitant à être plus « patients » et de faire « confiance » aux autorités. Il rappelle au passage que « les protocoles sanitaires peuvent être flexibles en fonction de l’évolution de la situation sanitaire ». C’est ce dont nous informe la source susmentionnée.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes