Ouverture des frontières en Algérie : un spécialiste explique les conditions

Algérie – Un spécialiste au sein du ministère de la Santé revient sur l’ouverture des frontières et explique la nécessité et l’enjeu des conditions mises en place par le Gouvernement.

En effet, le Pr Mohamed Belhocine, qui est président de la cellule opérationnelle chargée d’investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques au niveau du ministère de la Santé, s’est exprimé au sujet des conditions mises en place par le Gouvernement lors de l’ouverture des frontières en Algérie. C’est ce qu’a rapporté Echorouk, ce jeudi 27 mai 2021.

Dans le détail, lors de son intervention sur la Radio chaîne 3, le spécialiste s’est prononcé sur le processus de l’ouverture partielle des frontières. Il a indiqué que les restrictions imposées aux voyageurs qui désirent rejoindre l’Algérie ne sont pas aussi strictes que celles fixées dans d’autres pays.

Ainsi, en répondant aux critiques qui ont suivi cette décision. Celles liées au durcissement des conditions mises en place par l’Etat, le professeur a tenu à rappeler que la situation n’est pas encore revenue à la normale. D’autant plus que des circonstances exceptionnelles nécessitent des mesures exceptionnelles.

Ouverture des frontières en Algérie : des restrictions d’entrée pour préserver l’intérêt général

En outre, le membre du ministère de la Santé a précisé que de nombreux autres pays ont déjà eu recours à des restrictions d’entrée parfois plus contraignantes. Il a notamment indiqué que même si elles peuvent paraître gênantes. Et ce, aux yeux de certains, sauf qu’elles représentent la seule solution.

D’autant plus qu’il faut suivre le protocole sanitaire mis en place à la lettre pour pouvoir se déplacer en cas de nécessité. Mais aussi se protéger et préserver l’intérêt public. Il a notamment rappelé que parmi 222 pays dans le monde, seulement six (06) ont opté pour une ouverture totale de leurs frontières.

Cependant, 106 autres pays ont procédé à une ouverture partielle sous certaines réserves. Tandis que 110 pays ont maintenu leurs frontières fermées à ce jour. Il est à noter, comme l’a indiqué le président de la cellule opérationnelle des enquêtes épidémiologiques; que le but derrière ces restrictions serait d’empêcher la propagation de l’épidémie. Mais aussi, la pénétration de nouvelles souches dans le pays.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes