AccueilÉconomieVoici le nombre de ressources minières qu’a l’Algérie

Voici le nombre de ressources minières qu’a l’Algérie

Économie – L’Algérie possède de grandes richesses en matière de ressources minières. En effet, ce secteur constitue une opportunité pour diversifier l’économie nationale. Dzair Daily vous dévoile plus de détails à ce sujet dans les lignes qui suivent. 

Marginalisées pendant plusieurs années, les ressources minières constituent, sans aucun doute, un levier économique majeur pour l’Algérie. De ce fait, le gouvernement algérien œuvre à redynamiser ledit secteur afin de diversifier l’économie nationale. Ainsi, si vous voulez en savoir plus, nous vous invitons à lire l’intégralité de cette nouvelle édition du 2 octobre 2022. 

Tout d’abord, il convient de rappeler que les mines ont été nationalisées le 6 mai 1966. Cela avec la création du Bureau algérien de recherches et d’exploitations minières (BAREM). Celui-ci a été remplacé par la Société nationale de recherches et d’exploitations minières (SONAREM). Cependant, la restructuration de la SONAREM en 1983 a conduit à la cessation du développement de ces ressources.

Notamment, le phosphate, le fer, le marbre… Eu égard de l’intérêt que revêt l’opération du développement dudit secteur, les autorités responsables ont mis en place un plan d’action qui devrait relancer le processus d’exploitation des ressources minières. Et ce, pour une période qui s’étale sur quatre ans (2020-2024), conformément aux instructions du président de la République.

Voici les projets miniers lancés

En fait, le plan d’action mis en place s’intéresse à plusieurs points. On citera la révision du cadre législatif du secteur. Cette mesure permettra de faciliter les procédures notamment en diminuant la période d’étude des autorisations d’exploitation. La politique adoptée visera également à fournir des informations géologiques de qualité et à moderniser la cartographie minière.

Quant au facteur humain, les autorités responsables se chargeront de la formation et du perfectionnement. D’ailleurs, il est possible de recourir au partenariat et au transfert du savoir. Par ailleurs, on notera que plusieurs projets ont été lancés dans le cadre de cette nouvelle politique. À l’instar de la mine de fer de Gara Djebilet. 

Cette dernière sera la meilleure alternative aux importations de fer. Elle permettra pareillement d’exporter les produits issus de ces matières premières. Il en est de même pour le projet du phosphate intégré et le projet d’exploitation de gisements de zinc et de plomb à Oued Amizour. Pour rappel, la production annuelle de ce gisement est estimée à 170.000 tonnes de concentré de zinc. En effet, c’est ce que rapporte le site Algérie éco.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes