Marché du ciment en Algérie : ce qu’il faut savoir

Algérie – Voici ce qu’il faut retenir sur ce qui se trame sur le marché du ciment en Algérie. On vous livre les détails dans les quelques lignes qui suivent, ce 14 janvier 2022. 

L’industrie cimentière occupe une place importante dans le développement économique de l’Algérie. Le ciment est considéré comme un produit stratégique puisqu’il est à l’amont de toute activité de construction et de réalisation d’infrastructures. La production nationale a atteint l’autosuffisance depuis un bon moment. Voici lsur le marché du ciment en Algérie. 

Il faut savoir que la Cour des comptes a révélé que le partenariat entre les cimenteries étatiques et les investisseurs étrangers n’a pas abouti aux résultats attendus. Puisque les objectifs de production fixés dans les contrats de management des quatre cimenteries disponible sur le marché (sur cinq), n’ont pas été atteints. Le Soir d’Algérie rapporte l’information ce vendredi 14 janvier. 

Et ce, malgré les opportunités qu’offrait le marché de la cimenterie. Étant donné qu’elle répondait aux conditions au moment du partenariat. Celles-ci étaient favorables à la réalisation des objectifs. Cela est dû principalement aux insuffisances du cadrage du partenariat par les contrats de management. Ou encore au manquement de certaines clauses du contrat. 

Marché du ciment en Algérie : les difficultés à attirer des investisseurs étrangers  

Par ailleurs, d’après les informations fournies par le média sus-cité, les prix de cession des actions ont rapporté 58 millions d’euros à la société des ciments de Hadjar-Soud. Alors qu’elle a rapporté 52 millions d’euros à la Société des ciments de Sour-el-Ghozlane. Tandis qu’elle atteint 35 millions de dollars à la cimenterie de Béni Saf. 32,6 millions d’euros à celle de Zahana. Et 43,5 millions d’euros à la Société de la Mitidja

L’investissement dans le secteur de la cimenterie était une nécessité absolue pour le pays afin de subvenir aux besoins d’un secteur en développement. Celui du bâtiment et des travaux publics. En fait, le problème n’est pas dans les capacités de production elles-mêmes. Mais dans le fait qu’il n’existe pas de débouchées commerciales pour le produit.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes