Importation de voitures en Algérie : Yaddadene s’exprime sur la nouvelle stratégie

Algérie – Spécialiste dans le domaine de l’industrie automobile, Mohamed Yaddadene estime que la relance de l’activité d’importation des voitures neuves en provenance de l’Étranger, est « une solution qui nécessite le respect du système de fonctionnement selon le cahier des charges devant régir cette activité ».

S’agissant des dernières décisions du gouvernement à propos de l’industrie de l’automobile en Algérie, notamment le montage des voitures et l’activité d’importation de ces dernières, Mohamed Yaddadene; expert et consultant du domaine a partagé sa perception sur cette nouvelle stratégie; lors d’un entretien accordé au média algérien électronique spécialisé dans l’économie, Algérie Eco; rapporté dans son édition de ce 23 juillet.

Répondant à une question concernant la relance de l’activité d’importation des voitures neuves en provenance de l’Étranger; Yaddadene a soutenu qu’il s’agit « d’une solution qu’on aurait pu utiliser pour stabiliser le marché, et éviter les ruptures de fonctionnement ». L’on comprend de ses propos que ce n’est pas une mauvaise idée. C’est en effet une manœuvre pour réalimenter le marché de l’automobile en Algérie; qui rappelons-le connaît depuis plus d’une année maintenant; une crise sans précédent. 

Alors que le gouvernement doit encadrer cette activité par un nouveau cahier des charges; selon lui, la réadaptation et la mise en œuvre de cette disposition « prendra du temps ». Il est important « de préciser au détail prêt le système de fonctionnement selon le cahier des charges devant régir cette activité; en attendant de voir l’aboutissement des projets industriels »; a commenté l’intervenant.

Vers la création d’une véritable industrie automobile en Algérie 

En effet, cette initiative s’inscrit dans les priorités du gouvernement. Ainsi, après avoir essuyé plusieurs échecs au cours des dernières années. L’État se lance dans une nouvelle stratégique qui va remettre en question tout ce qui a été fait auparavant; a souligné le même expert lors de son entrevue avec notre source.

Face aux nouvelles conditions d’exercice, Yaddadene a expliqué que les changements opérés mettent la barre assez haute pour ouvrir la voie aux groupes industriels professionnels et non à de simples investisseurs. « La barre est assez haute dans les conditions cela répond aux soucis de se protéger et de ne pas tomber dans les erreurs du passé »; a-t-il confié.

Selon lui, ces nouvelles dispositions remettent de l’ordre dans les choix stratégiques et obéissent à une démarche visant à redéployer l’activité du secteur. Par ailleurs, il poursuit en indiquant que les infrastructures, et les expériences vécues vont contribuer à gagner du temps; à condition qu’il y ait une évaluation de tous les projets déjà lancés. Pour leurs parts, les unités de montage auront besoin de se conformer aux nouveaux textes réglementaires; a précisé le consultant; en ajoutant que chaque chose obéit aux lois économiques.

Contenu sponsorisé :

Articles récents

Articles connexes

Contenu protégé !