Automobile

Algérie : Marché des voitures d’occasion en crise à cause du Coronavirus

1
marché voitures occasion Algérie
S'abonner :

Algérie – L’infrastructure automobile en phase de réanimation précaire. Un état régressif engendré par, la récession du marché de voitures d’occasion en Algérie.

Les conséquences de la prolifération du coronavirus continuent d’étendre leur tentacule, en déstabilisant toute l’infrastructure économique, et cette fois-ci c’est le socle automobile qui est touché par cette invasion déstabilisante; plus exactement le marché des voitures d’occasion, en Algérie. 

En effet, suite à la fermeture du marché de vente des voitures d’occasion, en Algérie, comme mesure préventive de lutte contre la propagation du coronavirus; ledit marché enregistre un déficit total, sur le plan fonctionnel dont les répercussions se projettent négativement sur le plan économique, en amoindrissant jusqu’au néant la rentabilité de ce commerce. 

Ainsi, plusieurs intervenants, vendeurs surtout, s’expriment sur cette condition critique, qui dure plus de 4 mois; suite à la présence du coronavirus. Poussant à cet effet, une totale régression de l’activité de ces halles d’expositions à ciel ouvert, en raison de l’absence de demande des clients; a indiqué la presse arabophone Al Arabi Al Jadid

Avenir des foires d’expositions des voitures d’occasion : Les vendeurs se questionnent 

En vue de l’amenuisement de la productivité des marchés des voitures d’occasion, depuis février 2020, jusqu’à ce jour; les commerçants s’interrogent sur l’avenir de ces halles d’expositions, fermées par ordre du gouvernement. 

Cependant, certains marchés se sont retrouvés contraint d’exercer de manière illicite, dans l’optique de subvenir aux besoins familiaux. Une perspective inaboutie, car ces derniers demeurent désertés, comme c’est le cas du marché de Koléa. 

A ce titre, l’expert du marché automobile, Akram Khalfallah, s’est prononcé en expliquant que, l’unique cause de cette contraction économique; est la virulente pathologie qui ne cesse de gangrener la stature d’innombrables secteurs, en l’occurrence l’industrie automobile.  

En sus, l’intervenant poursuit en indiquant, qu’en raison « des conditions actuelles le citoyen Algérien, préfère se tenir à l’écart de tout investissement pouvant lui porter préjudice; surtout avec l’ascension de l’indice épidémiologique. »

En outre, l’expert Akram Khalfallah a rappelé qu’une sensible hausse des prix, au marché automobile parallèle s’est répandue, depuis 2016; dû principalement au système d’attribution d’autorisations d’importation, émis par les autorités pour les véhicules neufs. Ce qui a causé du tort pour le citoyen Algérien, souhaitant s’approprier l’une des premières nécessités de l’ère moderne.  

 

Article recommandé :  Montage automobile en Algérie : La fin d'une « supercherie » ?

La France met l’Algérie dans le rouge.. Ouverture des frontières éloignée ?

Article précédent

Algérie : Les sociétés de location de voitures au bord de la crise

Article suivant

Lire aussi

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Anciens
Récents Les + votés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Mellah hocine

L’Algérie s’achemine vers un étouffement total et dans tous les secteurs . Cette pandémie , très mal gérée par les pouvoir publics , étale ses tentacules jusqu’a toucher ce secteur névralgique qu’est le secteur de la santé. Une désertification socio-économique est entrain de se répandre sans que l’État ne puisse intervenir. Les marchés de véhicules d’occasion n’ont pas pu résister à ce tsunami sanitaire , car ces marchés ne reposent sur aucune base solide qui puisse leur assurer pérennité. Ces marchés doivent être fermés définitivement , car c’est un milieu qui brasse énormément d’argent du circuit parallèle, c’est un milieu… Lire la suite »