Importation de voiture en Algérie : ce que proposent les concessionnaires

Algérie – Les concessionnaires automobiles ont, encore une fois, adressé un courrier au président de la République pour évoquer leurs propositions quant à l’importation de voiture. Dans le numéro du 11 juillet 2022, nous vous livrons tous les détails à cet égard.

Depuis quatre (04) ans maintenant, le marché algérien de l’automobile a connu une énorme crise. Après avoir tiré la sonnette d’alarme, les concessionnaires automobiles, selon Echorouk, avancent d’autres propositions pour mettre fin à cette crise. Notamment l’adoption à la fois de l’importation et de la fabrication de voiture en Algérie.

Cela, en accordant des licences d’importation aux agents ayant déposé des dossiers complets depuis plus d’un an au ministère de l’Industrie. En plus, ces derniers devraient répondre à certaines conditions nécessaires. Ils devraient, en échange, signer un engagement. Celui-ci vise à se convertir à l’industrialisation dans un délai ne dépassant pas trois (03) ans.

Ce 07 juillet 2022, les agents ont émis une lettre au président de la République, Abdelmadjid Tebboune. En effet, les 75 concessionnaires ont laissé entendre leur engagement à créer une industrie automobile locale et sa gestion affiliée. Et ce, par le biais d’une mutation technologique dans un délai n’allant pas au-delà de trois ans à compter de la date de réception de l’agrément.

Voici les propositions qui concernent l’importation de voitures à la vente  

D’après la même source, les agents ont, en outre, réclamé l’ouverture de l’importation de voitures neuves à des fins de vente. Mais d’une manière réfléchie assurant l’exploitation optimale des devises fortes. Cela, en se basant sur deux points majeurs. Il s’agit des besoins actuels du marché local et de la vision future sur le secteur de l’automobile en Algérie.

En outre, le groupement des concessionnaires a proposé la mise en place d’une condition pour la délivrance de l’agrément. En effet, les agents bénéficiaires devraient signer un engagement écrit dédié à l’investissement dans l’industrie automobile dans un délai de trois (03) ans maximum. Sachant que la coordination des investisseurs vise à construire une base solide pour l’industrie automobile en particulier. Et l’industrie mécanique en général.

Ainsi, les concessionnaires devraient se charger de fournir les informations des étapes de mises en œuvre au ministère de l’Industrie. De ce fait, celle-ci pourrait suivre le déroulement du projet. Selon le même quotidien, dans le courrier en question, les agents ont évoqué la mauvaise situation financière qu’ils traversent en attendant l’accréditation.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes