Harragas Algériens et Marocains en Espagne : Vox veut des mesures sévères

Espagne – Puisque l’Espagne a été confrontée à une masse de Harragas algériens et marocains sans pareille en plein temps de pandémie, un parti politique réclame des restrictions plus sévères.  

Aveuglés par l’illusion d’un « eldorado », des milliers de jeunes du Maghreb tentent de rejoindre à tout prix l’autre rive de la Méditerranée. Pandémie ou pas, ce phénomène a repris de plus belle ces derniers mois. Chose qui a ravivé une angoisse sourde en Espagne, une destination qui continue encore à faire rêver la jeunesse perdue. Sur ce, le parti politique d’extrême droite Vox a élevé haute sa voix pour se faire entendre luttant contre l’arrivée illégale de ces Harragas algériens, marocains et aussi mauritaniens. 

C’est en tout cas ce qu’a indiqué le site d’information Algérie 360 qui cite le quotidien généraliste espagnol La Razón comme source. En effet, ce parti présidé par le député Santiago Abascal, a appelé le gouvernement à l’impératif d’intensifier et prendre des mesures urgentes et plus rigoureuses pour mettre fin à l’immigration clandestine en provenance des pays d’Afrique du Nord. Et ce, lors d’un débat de la commission des affaires étrangères au Parlement espagnol.

Outre cette demande, le parti a demandé au gouvernement espagnol de prendre des sanctions économiques à l’encontre de l’Algérie, le Maroc mais aussi la Mauritanie. Aux yeux du parti en question, les trois (03) pays susmentionnés d’où viennent des nombres incalculables de migrants clandestins, ne contrôlent guère le départ de ces embarcations pleines de faux espoirs. 

Vox appelle à suspendre la délivrance des visas 

Le parti ne s’est pas arrêté là. En effet, ce dernier n’a pas rongé son frein et a décidé donc de franchir une nouvelle étape dans ses demandes. Il réclame ainsi la suspension de la délivrance des visas pour les citoyens des trois pays précédemment indiqués, dont l’Algérie. Ces derniers débarquent illégalement sur les côtes espagnoles depuis des mois à l’heure du Coronavirus.  

À ce qu’il parait, même le Coronavirus qui a réussi à mettre le monde en arrêt, n’a pas pu stopper ce phénomène ou du moins l’atténuer. Ce dernier s’est donc rejoint à la pandémie surchauffant plusieurs appartements algériens par la fièvre, l’angoisse, la contagion, le deuil et le malheur. Seulement le mois dernier, 800 Harragas ont été arrêtés dans les frontières espagnoles.  

En définitive, Oran est aujourd’hui une plaque tournante, voire tourmente pour les Harragas. Des naufrages qui se multiplient, des corps sans âmes repêchés de temps à autre. Tel est devenu le triste quotidien de la mer Méditerranée. 

Contenu sponsorisé :

Articles récents

Articles connexes

Contenu protégé !