Guerre d’Algérie : Tebboune met la France face à son « passé horrible »

Algérie/France – L’Algérie a commémoré ce vendredi le 75e anniversaire de ces événements sanglants. Profitant de cette occasion; le président Tebboune a incité la France à affronter du regard « les pages horribles de son histoire », notamment l’épisode de la Guerre d’Algérie.

Ce 8 mai 2020, le Président de la République a en effet appelé la France dans un tweet qui soulignait que « la grandeur d’un État se voit lors de la célébration des pages glorieuses de son histoire; mais il est jugé à travers sa capacité à regarder en face les pages horribles de cette même histoire »; à cesser de détourner les yeux de l’évidence des épisodes historiques sombres de sa présence en Algérie; en reconnaissant la monstruosité des massacres commis sur place, à l’image de ceux orchestrés à l’issue de la deuxième guerre mondiale qui a vu le triomphe des alliés.

La veille, soit jeudi 7 mai 2020; le chef de l’Etat s’est adressé à la nation à l’occasion de la célébration de la date macabre; en indiquant que les Massacres du 8 mai 1945 « ont mis à nu définitivement le véritable visage de la colonisation française qui a exterminé, détruit, brûlé, exilé, violé… et tenté d’occulter la personnalité nationale et de semer les germes de la discorde et de la division ».

Et d’ajouter que « la répression sanglante et sauvage de la colonisation abjecte demeurera une marque d’infamie collée au front du colonisateur qui a commis; 132 années durant, des crimes imprescriptibles à l’encontre de notre peuple malgré les multiples tentatives de les effacer car le nombre de victimes a dépassé cinq (5) millions et demi de personnes tous âges confondus, soit plus de la moitié des habitants de l’Algérie sous l’occupation coloniale ».

https://twitter.com/ALG_Presidency/status/1258766978690490372

Non-restitution des crânes des martyrs par la France, Chikhi réagit

Le directeur général des archives nationales, et Conseiller du Président Tebboune; Abdelmadjid Chikhi a indiqué, le même jour de célébration; ce vendredi en l’occurrence, à Radio Algérie Multimédia (RAM); que « le dossier des massacres du 8 Mai 1945 est sur la table du Parlement et fera l’objet d’un débat dans le cadre de la nouvelle république ».

En outre, la question « des crânes des martyrs qui ne sont pas restitués, jusque-là, à l’Algérie; à cause de la législation française qui ne cesse d’empêcher cette restitution; bien qu’un accord en ce sens a été convenu », continue, à côté de multiples autres affaires mémorielles comme « le dossier des essais nucléaires dans le Sud algérien, ainsi que celui des disparus »; d’affecter les relations franco-algériennes.

Le Conseiller a promis que « ces dossiers vont connaître un traitement avec un rythme soutenu, après la crise sanitaire du Coronavirus; d’autant que les déclarations du président de la République, Abdelmadjid Tebboune; marquent une volonté politique pour que les dossiers liés à la mémoire connaissent un aboutissement ».

Il convient de rappeler que le Président français Emmanuel Macron; après sa visite en 2017 dans notre pays en tant que candidat, lors de laquelle il a déclaré que le « colonialisme était un crime contre l’humanité »; s’est par la suite engagé à la restitution des crânes et la reconnaissance de la mort, « sous la torture du fait du système institué alors en Algérie par la France »; du militant anticolonialiste Maurice Audin en 1957.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes