Algérie

Crimes de guerre en Algérie : Le conseiller de Tebboune charge la France

0
guerre algérie crimes france
S'abonner :

Algérie/France – Le Conseiller du président et DG du centre des archives nationales, s’est exprimé sur les crimes coloniaux perpétrés par la France durant la période de la Guerre de libération d’Algérie. Il a, dans ce sens, lancé un appel aux historiens et aux sociologues Algériens afin d’intensifier leurs efforts pour rechercher et écrire la mémoire et l’histoire de l’Algérie.

Invité ce 07 mai sur les ondes de la Radio Chaîne 1, Abdelmadjid Chikhi; Conseiller auprès de la Présidence et Directeur Général des Archives Nationales; s’est, en premier lieu exprimé sur les tragiques massacres perpétrés le 8 mai 1945; qui ont-ils fait « 45.000 victimes algériennes, selon les estimations françaises, et 90.000 selon les estimations américaines »; a-t-il relevé.

D’ailleurs, il a regretté l’incohérence de ces chiffres. C’est en effet, ce qui prouve qu’il existe un véritable manque de crédibilité et de fiabilité dans le dossier d’archives et de mémoire; a confié l’invité en soulignant que ce manque a ôté à l’Algérie; la possibilité de criminaliser le colon français pour ses génocides.

Il a en outre rappelé que l’Algérie attend toujours de la partie française de reconnaître sa part de responsabilité pour les crimes commis durant la guerre d’indépendance en Algérie; ainsi que durant les 132 ans de colonisation.

Ceci a également empêché à l’Algérie de demander l’indemnisations des victimes algériennes de la guerre d’indépendance; a ajouté Chikhi. Dans ce contexte, le chargé des archives nationales a convié les historiens; les sociologues et les universitaires à s’engager dans la recherche et la transcription de l’histoire de l’Algérie; qui selon lui « n’a pas été rapporté correctement et n’est pas encore écrite ». 

D’autre part, l’intervenant a révélé que les discussions avec la France concernant le dossier de mémoire et la récupération des archives, serait bientôt ré-abordé; confirmant la volonté de la partie algérienne à conclure ce dossier national.

Une intention de nuire aux composantes identitaires de l’Algérie ?

Lors du même entretien, le conseiller à la Présidence de la République a regretté l’absence d’une méthodologie algérienne capable de transcrire l’historique et la mémoire nationale; dénonçant beaucoup d’historiens qui ont malheureusement pris position auprès de la méthodologie française.

Cette approche selon lui ne correspond pas aux composantes de l’identité algérienne, et exclut « les éléments de base de la personnalité algérienne »; dont les traditions, la religion et la langue, que le colonisateur s’efforce jusqu’à aujourd’hui d’embrouiller; a conclu le Directeur Général des Archives Nationales.

Soulignons par ailleurs, qu’à l’occasion de la 75ème célébration des tragiques massacres du 8 mai 1945; le Président de la République Abdelmadjid Tebboune, a décrété ce 07 mai « la date du 8 mai comme journée nationale de la mémoire ».

A cette occasion, le président a annoncé la création d’une chaîne TV spécialisée en histoire qui « constituera un support pour le système éducatif dans l’enseignement de cette matière afin de la faire perdurer pour les générations futures »; a confié le chef de l’État.

Article recommandé :  Guerre d’Algérie : Archives et repentance de la France au cœur du débat

Reprise des vols en Algérie : Le prix des billets plus chers de 43% (rapport)

Article précédent

Algériens en France : Ré-ouverture des services d’immigrés dans les préfectures

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.