France : Les « Chibanis » abandonnés à l’heure du Coronavirus

Maghreb/France – Le contexte sanitaire du Coronavirus a aggravé les conditions de vie de plusieurs pensionnaires immigrés d’origine Maghrébine; dont des Algériens, atteints de maladies chroniques, ils décèdent par vulnérabilité et manque de soins en pleine crise.

Résidant en France, les « Chibanis » Maghrébins, dont plusieurs sont d’origine Algérienne, seraient « mal pris en charge, en particulier durant cette période critique »; là où même les pouvoirs publics ont tardé à réagir.

En effet, la majorité d’entre eux sont atteints de maladies chroniques, selon l’Union professionnelle du logement accompagné (UNAFO) citée par le site d’information marocain Bladi Net. « Les Chibanis sont très fragiles sur le plan de la santé, soit 4.5% des 60-69 ans nés au Maghreb ont des problèmes de dépendance contre 1.3% chez ceux nés en France »; atteste l’organisme professionnel.

De plus, selon une autre source d’informations, Meditarranée, ces anciens travailleurs survivent en célibataire dans des 9 mètres carrés avec de modestes pensions de retraite dans des « foyers » de migrants ou des « résidences sociales ». Ils seraient environ 110.000 à travers toute la France. Cependant, au grand regret de tous, un bon nombre de Chibanis sont décédés des suites du Coronavirus Covid-19; dans ces foyers en raison de la promiscuité, de la vulnérabilité; des affections chroniques et du manque de soins.

Pour sa part, Salem Fkire, président de l’association marocaine Cap Sud MRE, s’est emporté en déclarant qu’ils ont souvent le profil des personnes accueillies en EHPAD. De son côté, Ali El Baz, membre du Gisti, en contact régulier avec les délégués de foyers, a estimé qu’il faut « étendre les mêmes mesures des EHPAD aux foyers de migrants ».

Il a également indiqué à la même source que « l’entretien des foyers n’est pratiquement plus assuré ». Les gestionnaires sont invisibles, par peur d’être contaminés,  ils s’enferment dans leur bureau; a-t-il révélé en indiquant qu’il était de même pour le personnel qui se fait rare, quant aux masques et gels, ces derniers ne sont pas mis à disposition des Chibanis Maghrébins; parmi lesquels beaucoup d’Algériens sont concernés.

Des délégués et des résidents de foyers témoignent

Rien qu’en Seine-Saint-Denis, il existe 35 résidences sociales réservés aux migrants. Selon les chiffres révélés le 10 avril par Adoma; les structures du foyer de Seine-Saint-Denis ont enregistré 22 cas confirmés de contamination au Covid-19; 37 cas suspects et 8 décès. D’autre part, à Montreuil, un décès a été enregistré et un sujet était dans un état grave et a été admis en salle de réanimation; a-t-on appris auprès la même source.

Le foyer La Noue, regroupe 350 chambres de 9 mètres carrés, Mamadou Doucouré, y réside. S’inquiétant pour le patient en réanimation, il espère qu’il va s’en sortir; a rapporté notre source. « La partie administrative n’est plus là », a dénoté le résident, confirmant les dires d’Ali El Baz, membre du Gisti; « aucun gérant n’est là, on est à l’abandon dans un bâtiment à 13 étages »; a-t-il déploré.

Aboubacar Diallo, délégué du comité de résidents d’un foyer de travailleurs migrants à Saint-Ouen, géré par l’Association pour le développement des foyers (Adef); a pour sa part, écrit à BB pour l’informer de la mort de Samba Top, le délégué du foyer des Grands-Pêchers à Montreuil. « Je suis triste, c’était un camarade de lutte, j’ai tout appris avec lui »; a-t-il ajouté. Aboubacar, a lui aussi, frôlé la mort en ayant été infecté par le Coronavirus, en raison du manque d’équipements de protection; a-t-il confié.

Concernant le nombre de décès des Chibanis, aucun bilan précis n’a été publié jusqu’à présent. Dans ce sens, Salem Fkire a regretté le fait que l’épidémie va réussir à éteindre des Chibanis qui ont vécu dans des 9 mètres carrés toute leur vie. Pour lui, ils seront enterrés comme des soldats inconnus.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes