AccueilActualitéFranceCoronavirus et Ramadan 2020 en France : Ce qui va changer cette...

Coronavirus et Ramadan 2020 en France : Ce qui va changer cette année

France – Le Ramadan passe en « mode confiné » en cette année 2020. Cela implique un tas de changements que la lutte contre la propagation du Coronavirus, Covid-19, impose. Les musulmans de France, dont les Algériens, souhaitent s’adapter.

Le jeûne est maintenu. Par contre, pas de prières (Tarawih) dans les mosquées où l’on récite chaque soir deux parties du Coran, qui en est composé d’une soixantaine, pas de grandes réunions familiales non plus pour la rupture du jeûne, pas de virées nocturnes après le coucher du soleil, pas de rencontres entre amis autour d’un bon thé, et peut-être même qu’il y aurait une pénurie de dattes. 

Mais ce n’est pas pour autant que le caractère pieux et convivial du mois sacré doit nécessairement faire défaut pour cette année-là, car « depuis le début de la crise sanitaire, la communauté musulmane (de France) s’organise et s’adapte à cette situation exceptionnelle ».

« Tant qu’il y aura des mesures de confinement, nos mosquées seront fermées », assure au site d’actualité régional Actu.fr, Enis Chabchoub, président de l’association des musulmans de Noisy-le-Grand et ancien imam. Par conséquent, les prières à la maison se substitueront à celles collectives, surérogatoires et propres au mois béni. « C’est la seule attitude responsable et conforme aux principes et valeurs de notre religion dans ce contexte d’épidémie »; déclare le CFCM, Conseil français du culte musulman.

Les pouvoirs publics « satisfaits » 

Dans ce sillage, les autorités françaises manifestent leur satisfaction du degré de responsabilité et de conscience citoyenne des organisations musulmanes de la société civile; et rassurent quant au bon déroulement du Ramadan 2020.

En guise d’illustration la préfecture de Seine-Saint-Denis s’est réjoui que « depuis le début du confinement, les responsables religieux ont bien compris le message et sont extrêmement coopératifs »; et d’ajouter que « tout va être fait pour que ce mois se passe dans les meilleures conditions, tout en respectant les impératifs du confinement ».

En expliquant que « les prières peuvent être faites à la maison. Et ce n’est pas grave si l’on ne peut pas réciter le Coran par cœur », l’activiste associatif dit qu’il y a lieu « de réguler l’offre spirituelle sur internet. Bien que présents sur les réseaux sociaux, on ne s’était jamais vraiment positionnés jusqu’ici. Maintenant, l’imam fait des lives et on utilise Facebook ou les emails pour maintenir le lien ».

La solidarité continue

A propos des œuvres de charité à l’égard des plus démunis, « les familles ou personnes dans le besoin pourront venir récupérer des colis »; au niveau des mosquées. Quant aux repas collectifs comme celui du Secours Islamique; « pour l’instant, plusieurs actions sont encore à l’étude, notamment des livraisons à domicile. Mais ces solutions ne sont pas encore assises »; précise l’ex-imam.

Par ailleurs, et en Algérie, les choses ne sont pas si différentes. On s’attend également chez nous à un mois sacré sous un autre ciel que celui des liens interpersonnels entre les fidèles. Le confinement et la distanciation sociale sont les deux principales mesures qui poussent les algériens, au mieux, à s’interroger sur les meilleures façons d’y remédier en ajustant les comportements les plus spécifiques au Ramadan, et au pire à supposer que la prévention contre la pneumonie virale, Covid-19; impactera fortement la bonne tenue du mois béni tel

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici