Économie : le prix du baril du pétrole Algérien en hausse

Algérie – Le prix du baril du pétrole Algérien aurait progressé durant le mois de septembre dernier grâce à la reprise du marché pétrolier, selon l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

En effet, d’après le rapport périodique du mois de septembre publié par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le prix du baril du pétrole Algérien, le Sahara Blend, aurait augmenté de 2,80 dollars, une nette progression qui résulte de l’amélioration significative des différents aspects du marché pétrolier.

À ce sujet, le média DIA Algérie a rapporté plus de détails dans son édition d’hier. Au fait, le cours du Sahara Blend est passé du prix de 71,05 dollars/baril en mois d’août au prix de 73,85 dollars/baril pour le mois de septembre. Il s’agit d’une progression de 2,80 dollars, soit un taux de 3,9%.

Dans le détail, un nombre de facteurs directs peut être lié à cette augmentation du prix du pétrole algérien. Ce dernier est dépendant de l’augmentation des cours de brut dans le marché mondial durant la même période d’étude. Sachant qu’en septembre une nette amélioration a été observée en raison de la reprise des demandes. Et ce, compte tenu de la progression positive de la situation sanitaire au niveau mondial.

Économie : prix moyen du panier de l’OPEP (ORB)

En outre, selon le même rapport de l’OPEP, le prix moyen du marché mondial serait notamment en hausse en ce mois de septembre. Au fait, l’ORB a augmenté de 3,55 dollars par rapport au mois d’août, Il s’élève actuellement à 73,88 dollars/baril. Sachant que l’ORB a enregistré une hausse de 26,21 dollars depuis le début de l’année.

En sus, hormis le prix du baril du pétrole, l’Algérie a également augmenté sa capacité de production. Au vu d’une amélioration significative de la demande, le pays aurait atteint une quantité de 937.000 barils/jour (MBJ) en septembre. Tandis qu’en août la production journalière fut estimée à 921.000 MBJ.

Cela dit, pour ce qui est de la production mondiale, elle devrait selon l’OPEP être revue à la baisse. Et ce, par rapport au prévisionnel de l’année précédente. Cette décision serait motivée par les données réelles enregistrées. Celles-ci s’avèrent, en fait, inférieures aux attentes pour les trois premiers trimestres de l’année.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes