AccueilÉconomieL'économie algérienne « renaît de ses cendres » ?

L’économie algérienne « renaît de ses cendres » ?

Algérie – Avec l’arrivée des investisseurs étrangers et l’augmentation des prix des hydrocarbures, l’économie algérienne devrait faire mieux que toutes ses voisines. Apprenez-en davantage dans les lignes qui suivent de cette édition du 19 octobre 2022. 

La relance serait fulgurante. Plusieurs dossiers restés bloqués pendant des années voient un nouveau tournant se dessiner. En effet, ces derniers mois, un coup d’accélérateur a été donné par le gouvernement à divers secteurs de l’économie algérienne. Le nouveau plan met l’accent sur le développement industriel. L’objectif est de réduire les importations et mettre en avant le produit local. 

Une mesure d’autant plus nécessaire dans un contexte mondial marqué par la flambée des cours. Pour ce faire, l’Algérie compte notamment s’investir dans d’autres secteurs au-delà des hydrocarbures. Une démarche qui a déjà commencé avec l’exploitation du mégagisement de fer de Gar Djebilet. À travers laquelle, le 10ᵉ pays producteur du gaz au monde entreprend une remontée dans la filière sidérurgique. 

Avec ce développement industriel en vigueur depuis des mois, la machine a été enclenchée. Conséquence de cet essor, le secteur de l’automobile est aujourd’hui considéré comme l’un des secteurs d’avenir. Sur lequel l’économie algérienne pourra s’appuyer dans les prochaines années. 

Algérie : vers une vraie industrie automobile 

Dans ce sens, le gouvernement a récemment donné son feu vert pour la reprise de l’assemblage des véhicules en Algérie. Quelques jours plus tard, on a appris la signature d’un accord avec le constructeur automobile italien, Fiat. Ce dernier devrait implanter prochainement une usine à Oran. Cette annonce a été suivie par celle de la reprise de l’usine Renault dans la capitale de l’Ouest du pays. 

Selon le quotidien L’Expression, qui rapporte l’information, d’autres fabricants européens et asiatique désirent également investir en Algérie. Ce qui devrait tirer cette industrie vers le haut. Par ailleurs, le pays n’entend pas se limiter à ce secteur. Les chaînes de production alimentaire et agricole sont aussi en train d’être révisées. Et cela toujours dans l’objectif de produire plus pour gagner plus. 

Mais dans ces secteurs, comme dans les autres, des barrières demeurent. Des lacunes que l’Algérie entend combler avec la formation de sa jeunesse. Un moyen de s’assurer que la nouvelle génération a les compétences nécessaires pour que cette relance économique se poursuive.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes