AccueilÉconomieL’Algérie prévoit d’augmenter la valeur de ses exportations à 10 milliards :...

L’Algérie prévoit d’augmenter la valeur de ses exportations à 10 milliards : le Premier ministre précise

Algérie – Suite aux nouvelles réformes prévues dans le secteur économique, le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, révèle l’objectif de l’État dans la hausse de la valeur des exportations. Nous vous invitons à découvrir tous les détails dans ce nouveau numéro.

En marge de l’ouverture du Forum de l’export en Algérie, le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, prévoit de nouvelles perspectives quant aux exportations. En effet, Benabderrahmane a souligné que le gouvernement encourage les exportations et les exportateurs tout en surveillant les importations.

De plus, Benabderrahmane a révélé que l’État vise à augmenter le volume des exportations hors hydrocarbures à 10 milliards de dollars fin 2023. Pour Benabderrahmane, ceci est un défi à relever, notamment pour les opérateurs économiques. Quant à la présence des obstacles que rencontrent les exportateurs, il a déclaré que l’État travaille à alléger la charge fiscale.

À ce sujet, l’État promet d’accompagner les opérateurs économiques en facilitant la numérisation du système fiscal. Mais aussi l’allègement des charges fiscales. Ce qui aura un impact positif et majeur sur les recettes du pays hors hydrocarbures. Il s’agit de ce qu’a mis en avant les Services du Premier ministre sur sa page Facebook.

Les exportations hors hydrocarbures prennent une ascension fulgurante  

Du reste, le Premier ministre a rappelé que la valeur des exportations hors hydrocarbures a atteint 5 milliards de dollars jusqu’au 30 septembre dernier. Selon lui, il s’agit du même volume que celui de 2021. En ce qui concerne l’année en cours, Benabderrahmane estime que les exportations hors hydrocarbures atteindront 7 milliards de dollars.

Dans ce sens, il a annoncé, qu’auparavant, l’Algérie a connu 43.000 importateurs et 200 exportateurs, dont la plupart sont irréguliers. Le sort de ce secteur a désormais connu un autre aspect. Il faut savoir qu’à l’heure actuelle, le secteur enregistre 13.000 importateurs et plus de 3.000 exportateurs enregistrés.

Et de ces exportateurs, 1.500 exportateurs ont mis en place des opérations d’exportation effective. Outre cela, dans son allocution, Aïmene Benabderrahmane a précisé : « Nous ne sommes pas contre l’importation ». Autrement, l’État n’est pas contre l’importation complétant la production nationale. Plus que tout, l’importation permet à l’économie algérienne d’accéder aux chaînes de valeurs internationales.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes