Criminalisation du français en Algérie : La polémique enfle, Makri riposte

Algérie – Makri défend la proposition de son parti. Ce dernier a proposé de criminaliser, dans le cadre de la nouvelle Constitution; l’usage institutionnel et officiel de la langue française en Algérie. La suggestion est fortement controversée et a suscité de vives réactions, poussant le président du MSP à riposter « brutalement ».

Le chef de file du parti islamiste MSP, Abderrazak Makri persiste et signe au sujet de « la criminalisation du français en Algérie ». Le politicien de mouvance islamiste a expliqué dans un tweet que « la dernière déclaration du Mouvement a rétabli la bataille. Les enfants de la France se sont sentis pénalisés par la criminalisation de l’utilisation de la langue française dans les institutions et documents officiels. Leur véritable enjeu a toujours été la défense de la langue française et des intérêts français. »

« Le vrai mal qui ronge la langue arabe est celle française », ajoute-t-il. « Ils utilisent nos différends pour favoriser la langue et la culture françaises ainsi que les intérêts français. Ce ne sont rien d’autre que des lobbys qui travaillent au profit d’un pays étranger ». C’est de cette manière que le numéro 1 de la branche « frèriste » en Algérie catégorise ses opposants. Il les a tous mis dans la case de « l’attitude servile à l’égard de la France ».

La polémique enfle sur les réseaux sociaux

La polémique suscitée à grande échelle sur les réseaux sociaux à pris des dimensions considérables. Les nombreux internautes indignés ont refusé de lâcher l’affaire . Certains d’eux ont osé fouiller dans la vie « familiale » du leader islamiste.

Mais en récupérant des données déjà rendues publiques. Une publication de ce type propose des informations et des photos sur deux enfants de Makri. Il s’agit, selon le post Facebook, d’une fille et d’un garçon suivant leur scolarité en occident. On parle par exemple d’une université canadienne qui enseigne en français. « Faites ce que je dis et ne faites pas ce que je fais », ironise l’auteur de la publication.

« Mes filles n’ont jamais foulé ni le sol français ni celui canadien », clame Makri

Un post Facebook a été publié ce samedi 23 mai par le président du MSP/Hamas. « Je pris mes concitoyens épris de jalousie pour la langue arabe (…) de m’excuser à m’adresser à la racaille qui nous agresse dans la langue qu’ils adorent »; entame-t-il en arabe. Par la suite, il recourt au français pour fustiger ses adversaires. Ils vise particulièrement ceux à l’origine de la publication au sujet de ses enfants ci-dessus mentionnée. Makri les a traité de tous les noms dans son texte intitulé « Quand les esclaves perdent l’équilibre ».

« Serviteurs du bas étage », « déficients mentaux », « incultes » et « dépravés ». Ce sont autant de mots utilisés par un Makri remonté à l’extrême. « Ils prétendent que j’ai une fille qui étudie au Canada dans une école prestigieuse francophone ! », s’étonne-t-il. « Mes huit enfants ont tous étudié dans les écoles et les universités Algériennes comme le commun des Algériens. »

« J’ai deux filles, l’une est médecin de la Faculté d’Alger, l’autre est enseignante de langue Arabe diplômée de la Faculté de littérature arabe de Bouzareah. Toutes les deux n’ont jamais mis les pieds ni en France ni au Canada », assure l’homme politique. « RIEN À VOIR avec la fille que vous présentez en photo espèce de crétins ». Vers la fin : « Alhamdoulilah, vous nous avez servi par votre imbécillité ».

Pour rappel, c’est dans le cadre de la révision Constitutionnelle qu’a émergée la proposition du MSP. Le Mouvement de la société pour la paix compte rayer le français du registre linguistique algérien. La langue française n’est pas du tout perçue comme un héritage de plus. Le mouvement islamiste voit en elle une menace pour l’arabe. Il y a compétition si l’on croit le parti islamiste. D’après ce dernier c’est soit l’une soit l’autre. « Aucune chance que les deux cohabitent ».

https://www.facebook.com/Abderrazak.Makri/posts/3026279817418042

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes