Chantage par photos/vidéos compromettantes – Algérie : la GN offre son aide en toute confidentialité

Société – La Gendarmerie nationale (GN) de la République d’Algérie s’engage dans la lutte contre le délit de sextorsion, qui consiste à extorquer de l’argent ou des services en effectuant du chantage aux vidéos et photos à caractère sexuel. Les lignes qui suivent vous dévoilent l’ensemble des détails relatifs à ce sujet. 

Les réseaux sociaux peuvent être définis comme des plateformes généralistes sur lesquelles toute personne peut communiquer et partager le contenu de son choix, quel qu’en soit le sujet, avec ses contacts. Leur développement a suscité la convoitise, et par conséquent, favorisé l’émergence d’une nouvelle forme de cybercriminalité, notamment en Algérie : le chantage aux photos et vidéos intimes. 

Un type d’escroquerie en ligne qu’on appelle la sextorsion. Le principe : obtenir des clichés osés d’une ou de plusieurs personnes. Une malveillance à laquelle les extorqueurs procèdent via un piratage de webcam et, parfois, avec le consentement des victimes, qui pensent discuter avec des individus inoffensifs sur des sites de rencontres ou simplement des anciens partenaires, adeptes de vengeance. 

En droit pénal algérien, il s’agit d’un acte punissable en tant qu’infraction. Une preuve de plus que le gouvernement algérien a fait de la lutte contre la cybercriminalité l’une de ses priorités.

Dans la même lignée, la DG propose alors un dispositif d’assistance à toute victime d’arnaques par images compromettantes. Les actions de prévention constituent notamment les aspects essentiels à son action face à ce nouveau genre de menace.  

Lutte contre les violences numériques en Algérie : un numéro vert pour prévenir et lutter contre la sextorsion 

Si vous êtes victimes d’un chantage à caractère sexuel via Internet, il existe des réflexes simples à connaître. Ils ont été préconisés, lundi dernier, par Youcef Sayeh, représentant de la Gendarmerie nationale (GN). Nous les relayons pour vous ce samedi 9 juillet 2022. L’un des premiers gestes à adopter est donc d’éviter de prêter attention au maître-chanteur ou à la maître-chanteuse.

La deuxième étape consiste à effectuer des captures d’écrans des messages envoyés par l’arnaqueur. Une troisième solution idéale vient ensuite. Celle d’alerter les services du susdit établissement public. Ces derniers ont mis à la disposition de toute personne subissant une attaque par sextorsion leur très sollicité numéro vert. Soit le 10-55.

Une ligne téléphonique ouverte 24h/24 et 7j/7 à celles et ceux qui en sont victimes. « Nous disposons d’une équipe spécialisée dans l’assistance aux victimes et le diagnostic précis. En plus d’une pléthore de techniques avancées permettant de mettre la main sur les malfaiteurs qui usent de faux profils et identités ». Il s’agit là de ce qu’a encore souligné le membre de la Gendarmerie nationale (GN)

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes